play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

UNE AUGMENTATION DE SALAIRE D’ENVIRON 3,7% DEVRAIT ETRE EFFECTIVE AU QUÉBEC EN 2024

today05/10/2023

Background
share close

Les salaires devraient croitre de 3,7% en 2024 au Québec, selon les prévisions des employeurs, tous secteurs confondus. Les travailleurs des secteurs qui devraient profiter le plus de la hausse sont ceux des services professionnels et scientifiques a indiqué l’Ordre des Conseillers en Ressources Humaines Agréés dans un bilan présenté lors d’une conférence de presse et d’échanges avec des experts  en ressources humaines jeudi dernier.

Les secteurs de l’agriculture, de la foresterie, des transports, de la fabrication  devraient bénéficier d’augmentations avoisinant 4%, offre qui ne sera pas de même pour ceux de l’administration publique où certains employeurs prévoient faire de gels salariaux. Selon les experts en ressources humaines, les patrons de tous les secteurs, incluant les petites et moyennes entreprises doivent tenir en compte des attentes élevées des travailleurs, engendrées par l’inflation et la rareté relative de main-d’œuvre.

toutefois, le nombre des postes vacants est effectivement en baisse et le déséquilibre employeurs-employés, s’amenuise a permis aux experts lors des échanges qui ont rapportés qu’Il aurait beaucoup de déplacement de travailleurs au cours des 18 à 24 derniers mois, quant aux employeurs qui estiment qui estiment qu’ils n’auront pas de moyens d’accorder de telles augmentations de salaire, les experts rappellent qu’il y’a d’autres moyens de retenir ses employés ( télétravail, les bonus, les congés ).

Manon Poirier, Directrice de l’Ordre des Conseillers en Ressources Humains Agréés, explique le faite que les augmentations des syndiqués pourraient être inférieure à celles des non-syndiqués au vu du faite que les conventions collectives sont généralement négociées pour trois à cinq ans, or les conventions signées il y’a peu ne tenaient pas en compte les revendication des travailleurs liées à l’inflation et des augmentations de salaires plus élevées accordées dans d’autres secteurs.

Danielle Adjagboni, Troc Radio Canada

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *