play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Soins de Santé : Des infirmières africains prêter main-forte au Québec

today09/02/2023

Background
share close

Soins de Santé : Des infirmières africains prêter main-forte au Québec

Ils sont trente-neuf infirmières au total en provenance du continent africain qui devront être accueillies au Québec dans le but de secourir le réseau hospitalier lanaudois qui peine sous le coup de l’insuffisance des médecins.

Procéder au recrutement 1000 infirmiers et infirmières en deux ans dans le cadre d’un projet lancé par le gouvernement du Québec, avec la collaboration des ministère de la Santé et des Services sociaux, de l’Immigration ainsi que de l’Éducation. C’est ce que compte faire le Québec.

À date, c’est la phase 2 du projet qui est mise en marche d’après Caroline Martel, conseillère-cadre à la direction générale au CISSS de Lanaudière. Elle rassure que d’ici mars 2023, tout le dispositif sera mis sur pied. « Ils ont tous passé un test de haut niveau en français, donc ils connaissent très bien la langue. Ils proviennent du Maroc, du Cameroun et de l’Algérie, ont leur diplôme en soins infirmiers et ont de l’expérience dans les établissements en soins de santé. »

Selon l’organisation, les 39 candidats s’établiront dans la région et étudieront au Cégep à Joliette afin de mettre à niveau leurs connaissances puisque les pratiques ne sont pas les mêmes. Pendant que ces médecins compléteront leur attestation d’études collégiales, ils pourront tout de même travailler à temps partiel à titre de préposé aux bénéficiaires pour un maximum de 20 heures.

Madame Martel fait savoir que « Ces travailleurs arriveront au Québec en plein hiver, dans un endroit où les coutumes et traditions sont différentes ». Chose qui rend le déplacement de son pays d’origine, la séparation avec sa famille pour un pays étranger pas du tout facile. Qu’à cela ne tienne, tout est mis en œuvre pour qu’ils se sentent à l’aise. Un énorme défi pour le comité d’organisation. Outre le choc culturel qu’ont subi les candidats, plusieurs défis administratifs et logistiques se sont ajoutés à mesure que le projet avance. Avec les contraintes actuelles dans la province, notamment, la pénurie de logement, de nombreux partenaires ont mis la main à la pâte afin que les familles puissent être accueillies en bonne et due forme.

Globalement, ce sont 110 personnes qui fouleront le sol lanaudois prochainement dans le cadre de ce projet conjoint gouvernement du Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, de l’Immigration ainsi que de l’Éducation, soit 29 époux des 39 candidates ainsi que 42 enfants, dont 22 en âge préscolaire.

D’après Caroline Martel la conseillère-cadre à la direction générale au CISSS de Lanaudière, « vingt candidats ont commencé les cours le 6 février dernier, alors que l’autre moitié débutera le 13 mars. On est donc dans les derniers détails : est-ce qu’ils ont leur billet d’avion ? Ont-ils un moyen de transport ? Comment vont-ils récupérer leur clé de logement ? ».

Des questions que le comité d’organisation du projet doit trouver des réponses avant le jour-dit.

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada.

Written by: Raphael Nforlem

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *