play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Pénurie de personnel à Montréal : les Africains, comme solution

today14/10/2022

Background
share close

Les promoteurs du salon de l’emploi de Montréal parient sur le recrutement des demandeurs d’emploi nouvellement venus d’Afrique pour combler les postes en entreprises.

Ils sont nombreux partis de l’Afrique pour s’installer à Montréal au Canada, qui sont à la quête de l’emploi. Et pour la plupart, l’ouverture du Salon de l’emploi de Montréal est une opportunité sans précédente pour ces Africains de s’offrir un emploi en postulant auprès des entreprises représentées au Salon.

Depuis quelque temps, les entreprises installées à Montréal expriment le besoin de recrutement dans divers domaines d’activités et les promoteurs du salon le savent pertinemment. D’ailleurs, c’est l’une des raisons de la mise sur pied d’une telle initiative à savoir, faciliter la rencontre entre employeurs et demandeurs d’emploi.

En nombre considérable, la population nouvellement venue d’Afrique est une main-d’œuvre est un atout pour ces entreprises. En procédant à leur recrutement, cela contribuerait à résorber la pénurie de la main-d’œuvre qui frappe les structures de la province.

D’après le ministre sortant Jean Boulet, 80 % des premiers arrivants parlent anglais et s’installent à Montréal et pourtant le besoin en personnel est un besoin national. Une approche que réfute Saloua Gbilou, arrivée du Maroc il y a deux ans.

Elle pense que la question des langues dépend des pays. Saloua souligne par ailleurs que : « Au Maroc, on travaille en français, on écrit en français. Mes études supérieures, je les fais en français », explique-t-elle.

Quant à Emma Goutondji, originaire de la Côte d’Ivoire, elle aussi a fait des études en français et le choix de la région n’est pas une barrière pour cette dernière. « Je ne mise pas exclusivement sur Montréal. Je suis à la quête d’un emploi. Si je trouve un qui est intéressant pour moi et pour mon conjoint, je me lance », déclare-t-elle.

D’après un sondage auprès des employeurs de Montréal, 84 % estiment qu’au regard du besoin en main-d’œuvre tant exprimé par les entreprises, celle nouvellement venue d’Afrique est une nécessité pour les entreprises.

D’où l’importance pour les recruteurs présents au Salon de l’emploi de Montréal, de saisir cette opportunité pour se refaire une santé sur plan du personnel en recrutant les demandeurs d’emploi venus de l’Afrique. Chose qu’Émilie Chartrand, venue recruter pour le compte de La Cordée, a très bien assimilé. « On est en mode inclusif, diversité. Donc, pour nous, tout le monde est le bienvenu chez nous », indique-t-elle.

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada

Written by: Raphael Nforlem


Previous post

Actualités

Coopération Canada-Cameroun : 60 ans de relation bilatérale se célèbrent

Les contours de l’événement ont été abordés avec le Haut-commissaire du Canada au Cameroun lors de l’audience à lui accorder par le ministre des Relations extérieurs. 1962-2022 cela fait exactement 60 ans que le Cameroun et le Canada entretiennent une relation bilatérale. Une relation qui intervient 2 ans après l’accession à l’indépendance du pays de Paul Biya. Pour cette célébration des soixante ans d’anniversaire des relations entre les deux nations, […]

today14/10/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%