play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Organismes publics : les minorités visibles peu représentées au Québec

today07/02/2023

Background
share close

Organismes publics : les minorités visibles peu représentées au Québec

D’après la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), les membres des minorités visibles ne sont qu’une poignée au niveau des postes de direction des organismes publics québécois. C’est ce que révèle un rapport publié le 24 janvier 2023.

L’accès aux emplois et la promotion des cadres des personnes membres des minorités visibles nonobstant leurs compétences font partie des adversités auxquelles font face les membres des minorités visibles au Québec. Le constat a été fait par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

Outre ces adversités, l’absence d’une expérience de travail en sol québécois et la non-reconnaissance de l’expérience et des diplômes obtenus à l’étranger comptent également parmi les obstacles importants auxquels font face les personnes immigrantes fraîchement arrivées au Québec pour avoir accès à un emploi.

Qu’elles soient immigrantes ou nées au Canada, les personnes appartenant aux minorités visibles, sont victimes de discrimination à l’embauche, une tendance qui se traduit dans leur taux de chômage et leur taux de surqualification, plus élevés que la moyenne québécoise.

Pour Myrlande Pierre, vice-présidente de la Commission responsable du mandat charte et de l’application de la loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics (LAÉE), constate tout de même une augmentation de la représentation des minorités visibles dans certains emplois. En 2022, 338 organismes publics étaient assujettis à la LAÉÉ et les minorités visibles comptaient pour 11,2 % de leur effectif total. Il s’agit d’une augmentation de 8,5 % par rapport aux données recensées au 31 mars 2009.

« Beaucoup de chemin reste à parcourir, notamment à propos des multiples stéréotypes et préjugés véhiculés dans la société. Pour corriger cette situation, il importe d’aller au-delà de la simple gestion de la diversité pour trouver des solutions s’attaquant efficacement à la discrimination systémique et intersectionnelle dans le secteur de l’emploi ». C’est ce que pense Madame Pierre.

Recommandations

D’après le rapport publié chaque année, onze recommandations y sont inscrites, à l’attention des employeurs, syndicats et au gouvernement.

La Commission recommande aux employeurs qu’aux syndicats de mettre en place des formations obligatoires sur les mécanismes de lutte contre le racisme et la discrimination systémiques en emploi. Elle souhaite aussi la mise en œuvre des mesures spécifiques visant la progression et la promotion des personnes des minorités visibles en emploi.

La CDPDJ suggère également au gouvernement québécois d’élaborer une politique de lutte contre le racisme et la discrimination systémiques tenant compte « des réalités particulières que vivent les personnes racisées et les personnes immigrantes ».

Elle propose également que les organismes publics « lèvent les obstacles systémiques aux effets discriminatoires entravant la reconnaissance des diplômes et de l’expérience professionnelle acquis dans le pays d’origine ou de provenance des personnes immigrantes » et que l’exigence, par un employeur, de détenir une expérience de travail au Québec ou au Canada soit exceptionnelle et qu’il soit alors démontré qu’elle est justifiée pour le poste.

Enfin, la Commission recommande que les organismes assujettis à la LAÉE s’assurent que leurs pratiques de dotation tiennent compte « du caractère historique, systémique et intersectionnel des discriminations et du racisme » et les encourage à les modifier si nécessaire.

La Commission s’engage par ailleurs à mettre en place une table de concertation constituée de représentants des principales centrales syndicales concernées afin de définir et de préciser leur rôle dans l’application des programmes d’accès à l’égalité en emploi. Elle compte aborder lors des rencontres de la table les obstacles qui nuisent à la représentation des membres des minorités visibles.

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada.

Written by: Raphael Nforlem

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *