play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

Immigration. Le ministre de l’Immigration de l’Ontario veut plus de contrôle sur la sélection de la classe économiqueMonte McNaughton parle à CIC News de ses espoirs pour l’avenir de l’immigration en Ontario.

today29/07/2022

Background
share close

Le ministre de l’Immigration de l’Ontario, Monte McNaughton, souhaite que la province accueille deux fois plus d’immigrants grâce au Programme des candidats des provinces (PCP) et ait plus de pouvoir sur l’immigration économique.

« À l’heure actuelle, plus de 211 000 immigrants arrivent en Ontario cette année. L’Ontario choisit moins de 5 % de ces immigrants », a déclaré McNaughton dans une entrevue exclusive avec CIC News hier. « En comparaison, le Québec en sélectionne environ 50 000 cette année, la Colombie-Britannique peut en choisir 11 000, la Nouvelle-Écosse choisit 50 % de ses immigrants. Nous sommes vraiment désavantagés, c’est pourquoi je veux une nouvelle entente d’Ottawa en matière d’immigration.

McNaughton a également déclaré que si environ 211 000 nouveaux arrivants arrivent en Ontario cette année et qu’environ 378 000 emplois vacants ne sont pas pourvus, la province n’est autorisée à en nommer que 9 750 dans le cadre du Programme ontarien des candidats à l’immigration (POCI) pour la résidence permanente au Canada.

 

«Lorsque j’ai voyagé en Ontario, ce n’étaient pas des pancartes électorales que je voyais, mais des pancartes de recherche d’aide dans les petites entreprises de notre province», a déclaré McNaughton, faisant allusion aux récentes élections provinciales qui ont vu son Parti progressiste-conservateur de l’Ontario remporter une deuxième victoire. gouvernement majoritaire consécutif. « Il est important que le gouvernement fédéral travaille avec nous pour vraiment se concentrer sur les pénuries de main-d’œuvre.

L’Accord Canada-Ontario sur l’immigration (ACOI) expire à l’automne. Cet accord constitue le cadre des relations de l’Ontario avec le gouvernement en matière d’immigration. Au Canada, l’immigration est une compétence partagée avec les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Le gouvernement fédéral a le dernier mot sur qui peut immigrer au Canada, mais les provinces et les territoires peuvent créer des critères de sélection pour leurs propres programmes d’immigration. Étant donné que l’ACOI actuel arrive à expiration, l’Ontario a la possibilité de négocier des changements à sa relation en matière d’immigration avec le gouvernement fédéral.

McNaughton dit que les négociations ont déjà commencé. Soulignant ses excellentes relations de travail avec son homologue fédéral, McNaughton a déclaré qu’il avait été en contact avec le ministre canadien de l’Immigration, Sean Fraser, sur une base hebdomadaire et parfois quotidienne.

L’Ontario fait deux demandes au gouvernement fédéral

Soulignant que l’Ontario appuie les efforts fédéraux visant à réunir les familles et à réinstaller les réfugiés, McNaughton a déclaré qu’il faisait deux demandes clés au gouvernement fédéral : voir l’allocation du PCP de l’Ontario doubler à 18 000 et avoir plus d’autonomie en matière d’immigration économique.

« Ce que nous voulons, c’est plus de voix au chapitre chez les immigrants qui viennent ici pour occuper les emplois qui ne sont pas pourvus d’un point de vue économique », a déclaré McNaughton. « L’approche actuelle ne fonctionne pas… Nous avons besoin de plus d’immigrants économiques. C’est la prochaine étape pour combler les pénuries de main-d’œuvre.

L’ Ontario a déjà pris des mesures pour améliorer la reconnaissance des titres de compétences des travailleurs immigrants, comme l’élimination de la necessité d’avoir une expérience canadienne pour obtenir un permis dans un certain nombre de professions réglementées. Cependant, le ministre affirme que davantage peut être fait pour améliorer l’immigration économique dans la province.

« Je sais qu’il y a un certain nombre de domaines que nous examinons, comme l’amélioration du programme des travailleurs étrangers temporaires et avoir plus de flexibilité et dire comment ces places sont attribuées », a déclaré McNaughton.

McNaughton a déclaré à CIC News qu’il se rendait au Nouveau-Brunswick aujourd’hui, où le Forum des ministres responsables de l’immigration rencontre le gouvernement fédéral cette semaine pour discuter des besoins en matière d’immigration aux niveaux provincial et territorial. Les deux paliers de gouvernement se réunissent chaque année depuis 2003 pour façonner la politique d’immigration canadienne.

La situation unique de l’Ontario en matière d’immigration

L’Ontario possède l’un des contextes d’immigration les plus uniques au Canada. C’est de loin la plus grande province du Canada en termes de population, il n’est donc pas surprenant qu’elle accueille le plus grand nombre d’immigrants destinés au Canada.

Cependant, même si l’Ontario représente environ 40 % de la population du Canada, elle accueillait environ 45 % des immigrants du pays avant la pandémie. L’an dernier, il a accueilli près de la moitié des plus de 405 000 nouveaux immigrants arrivés au Canada. C’était une fonction d’IRCC faisant passer plus de résidents temporaires à la résidence permanente via Entrée express , entre autres mesures, pour atteindre son objectif du Plan des niveaux d’immigration d’accueillir plus de 400 000 nouveaux résidents permanents. L’Ontario a pu bénéficier du changement de politique d’IRCC en raison de sa grande population d’étudiants internationaux et de travailleurs étrangers temporaires.

L’Ontario est le principal pays d’accueil des immigrants du Canada en raison de sa grande économie, de ses communautés de la diaspora et de ses importants services d’établissement des immigrants. Pour aider à promouvoir une part plus équitable de l’immigration à travers le Canada, IRCC a introduit le PCP en 1998 pour donner aux provinces et territoires plus petits une plus grande voix au chapitre dans la sélection de l’immigration de la classe économique.

De plus grandes provinces comme l’Ontario, la Colombie-Britannique et l’Alberta gèrent également le PCP pour répondre aux besoins spécifiques de main-d’œuvre sur leur territoire. Mais le PCP a tendance à représenter une plus petite part de leurs niveaux d’immigration globaux puisque ces trois provinces bénéficient également des arrivées de la classe économique fédérale.

Dans le cas de l’Ontario en particulier, ses arrivées PCP sont éclipsées non seulement par les arrivées de la catégorie économique fédérale, mais aussi par les arrivées de la famille et des réfugiés, qui sont également contrôlées par le gouvernement fédéral.

En effet, avant la pandémie, l’Ontario était la seule province ou territoire qui accueillait plus d’immigrants de la famille et des réfugiés que ceux de la classe économique. La province soutient depuis longtemps qu’il est difficile de soutenir le développement économique à une époque où de plus en plus de baby-boomers prennent leur retraite. Cet argument devient d’autant plus urgent que la province connaît d’importantes pénuries de main -d’œuvre qui se font également sentir partout au Canada.

D’un autre côté, le gouvernement fédéral doit s’attaquer à l’objectif difficile de chercher à équilibrer les objectifs nationaux en matière d’immigration. Étant donné que l’Ontario est déjà la destination préférée de la plupart des immigrants de la catégorie économique sélectionnés par le gouvernement fédéral, l’augmentation de son allocation du POCI pourrait se faire au détriment de l’objectif d’IRCC de promouvoir l’immigration dans le reste des provinces et territoires du Canada. Cependant, IRCC pourrait chercher un compromis en augmentant l’allocation du POCI tout en augmentant également les allocations PCP des autres provinces et territoires qui expriment ce désir. Une augmentation de l’allocation du PCP à tous les niveaux pourrait minimiser le potentiel d’une allocation plus élevée du POCI, ce qui entraverait la capacité d’autres juridictions à attirer également de nouveaux arrivants.

À l’avenir, le PCP devrait comprendre un plus grand nombre de nouveaux arrivants au Canada. Dans le cadre du Plan des niveaux d’immigration 2022-2024 , qui a été annoncé en février dernier, le Canada cherche à accueillir quelque 83 500 immigrants par le biais du PCP cette année, et la cible passera à 93 000 d’ici 2024. Ces cibles représentent les plus élevées de l’histoire du Canada et Pour les mettre en perspective, le Canada n’a accueilli que 400 immigrants au cours de la première année civile complète de fonctionnement du PCP en 1999.

Les objectifs pourraient encore augmenter. Le ministre Fraser est tenu de déposer le Plan des niveaux d’immigration du Canada 2023’2025 d’ici le 1er novembre. Bien que le ministre soit resté timide sur ce que les nouvelles cibles pourraient impliquer, il a déclaré à  CIC News lors d’une récente entrevue qu’il était favorable à des niveaux d’immigration encore plus élevés et qu’il s’ajusterait objectifs en fonction des commentaires qu’il reçoit des collectivités de partout au Canada.

Source: CIC News

Written by: C2D


Previous post

Santé

Santé. 7 mesures prises par le Canada pour lutter contre la variole du singe

La santé publique canadienne affirme prendre très au sérieux la propagation de la variole du singe dans le monde et assure avoir mis en place plusieurs initiatives pour freiner l’épidémie en sol canadien. À la suite de la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de déclencher son plus haut niveau d’alerte pour lutter contre cette maladie, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a publié un communiqué […]

today28/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%