play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Éducation. Un Afro-canadien nommé directeur de l’Institut d’études africaines de l’Université Carleton

today10/07/2022

Background
share close
Nduka Otiono, universitaire et ancien journaliste du journal The Guardian, a été nommé Directeur de l’Institut d’études africaines de l’Université Carleton.

La nomination, d’une durée de trois ans, a pris effet à compter du 1er juillet 2022.

La nomination d’Otiono a été annoncée dans une déclaration de Pauline Rankin, doyenne, faculté des arts et des sciences sociales, Université Carleton, Canada.

Rankin a décrit Otiono comme « un professeur agrégé à l’Institut d’études africaines dont le travail couvre l’écriture créative, les études culturelles, la performance orale et la littérature en Afrique, et les études postcoloniales ».

Elle a énuméré ses publications récentes pour inclure le volume d’essais co-édité, Polyvocal Bob Dylan: Music, Performance, Literature (Palgrave Macmillan 2019) et DisPlace: The Poetry of Nduka Otiono (Wilfrid Laurier University Press 2021).

S’exprimant sur sa nomination , Otiono a exprimé sa gratitude pour l’opportunité. »J’accepte humblement cette nomination et j’appelle au service en tant que nouveau directeur de notre bien-aimé Institut d’études africaines à l’Université Carleton, le plus important institut d’études africaines du Canada », a-t-il déclaré.

« Lorsque j’ai rejoint cette unité en tant que premier membre du corps professoral à temps plein sur la voie de la permanence en 2014, je n’avais aucune idée que dans 7 ans, je serais chargé de sa direction en tant que premier directeur non nommé de l’extérieur de l’institut.

« Reconnaissant qu’il s’agit de notre département d’attache et que le centre intellectuel et culturel pour l’étude de l’Afrique au Canada est essentiel à ma vision de l’Institut, je compte sur notre grande communauté et nos partenaires locaux et internationaux pour la coopération et le soutien nécessaires pour faire avancer le Institut dans sa deuxième décennie d’existence, ayant été fondé en 2009. »

Il a exprimé sa gratitude au comité d’embauche, à la direction de l’université, ainsi qu’à ses collègues, étudiants et famille pour leur inspiration et leur soutien.

Selon son profil sur le site Web de l’université, Otiono est « écrivain, professeur agrégé et coordonnateur du programme d’études supérieures à l’Institut d’études africaines de l’Université Carleton ».

« Il est l’auteur et co-éditeur de huit livres d’écriture créative et de recherche universitaire. Avant de se tourner vers le milieu universitaire, il a été pendant de nombreuses années journaliste au Nigeria, secrétaire général de l’Association des auteurs nigérians, membre fondateur de la section nigériane du Comité du patrimoine culturel oral et immatériel de l’UNESCO et membre fondateur du conseil d’administration de la bourse annuelle de 100 000 dollars. Prix ​​nigérian de littérature », lit-on dans le profil.

« Fellow du William Joiner Center for War and Social Consequences, Université du Massachusetts, Boston, ses recherches interdisciplinaires portent sur les récits urbains populaires en Afrique postcoloniale et sur la manière dont ils voyagent sur de multiples plateformes culturelles populaires telles que les médias, le cinéma, les médias populaires. la musique et les réseaux sociaux.

« Au-delà de la pertinence culturelle de ces petits genres de la vie quotidienne également connus sous le nom de rumeurs, de mythes urbains ou de légendes, Otiono explore leur pertinence politique et leur incarnation en tant que « récits de rue » et comment les gens ordinaires parlent au pouvoir à travers ces canaux informels. Ses recherches s’inspirent de son expérience de journaliste et d’activiste culturel au Nigeria.

« Ses intérêts de recherche couvrent les études culturelles, la performance orale et la littérature en Afrique, les études postcoloniales, les études sur les médias et la communication, la mondialisation et la culture populaire. »

Source : The Cable

Written by: C2D


Previous post

À la Une

Racisme. Justin Trudeau présente des excuses aux descendants du 2e Bataillon de construction

Le premier ministre du Canada et la ministre de la Défense nationale, Anita Anand, ont présenté des excuses au nom du gouvernement du Canada pour le racisme systémique envers les communautés noires que les membres du 2e Bataillon de construction ont subi avant, pendant et longtemps après la Première Guerre mondiale. Lors d'une cérémonie à Truro, en Nouvelle-Écosse, le premier ministre a présenté des excuses pour la façon épouvantable dont le […]

today10/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%