play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Un projet pilote de collecte de données ethniques, lancé par La GRC

today15/01/2024

Background
share close

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) annonce le lancement d’un projet pilote de collecte de données sur l’origine ethnique lors de visites de contrôle de bien-être, d’arrestations et de recours à la force. Le but du projet est d’offrir de meilleurs services aux groupes marginalisés.

Le projet sera mis en œuvre ce mois de janvier à Whitehorse, à Wood Buffalo, en Alberta et à Thompson, au Manitoba. Il se poursuivra par la suite en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse.

Le Corps policier, dans un communiqué de presse publié il y a quelques jours, a révélé que l’initiative vise à recueillir des données sur l’origine ethnique, à les analyser et à en rendre compte afin de favoriser la compréhension de ce que vivent les personnes faisant partie des communautés autochtones, noires et racisées dans leurs interactions avec les policiers de première ligne de la GRC.

La Gendarmerie royale du Canada explique vouloir cerner les différences de résultats de l’action policière dans les communautés autochtones, noires et racisées, ainsi que mieux comprendre la nature et l’étendue du racisme systémique ainsi que son incidence sur la sécurité des communautés.

Mike Duheme, commissaire de la GRC, a relevé que : « Le lancement de la collecte de données sur l’origine ethnique est un tournant important pour notre organisation qui aspire à être plus moderne et plus inclusive. » Il ne s’agit pas d’accuser qui que ce soit, mais d’améliorer nos politiques, nos pratiques et notre formation afin de mieux appuyer nos employés ; a-t-il ajouté.

À Halifax, en Nouvelle-Écosse, la police collige ces données depuis des années ; et en 2017, après une enquête, une partie de ces données a été dévoilée au public. Celle-ci révélait que les Noirs risquaient 3,1 fois plus souvent d’être contrôlés.

Written by: Danielle Adjagboni

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *