play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Selon Québec, L’identité québécoise est «menacée» par l’afflux de demandeurs d’asile

today04/03/2024

Background
share close

Les flux migratoires et les demandes d’asile soulèvent des préoccupations légitimes en termes de logistique, de ressources, et d’intégration au Québec. Le gouvernement du Québécois a noté les défis financiers et opérationnels posés par l’afflux important de demandeurs d’asile dans la province.

La question de l’identité québécoise et de la capacité d’intégration des nouveaux arrivants est également un aspect complexe qui fait couler de l’encre et alimente les débats.

« Oui, il y a des choses qui sont menacées, il y a des services qui sont menacés, il y a une manière de vivre qui est menacée lorsque les nombres [de demandes d’asile] sont trop grands. Il faut le nommer », a laissé tomber le ministre caquiste Jean-François Roberge. Interrogé sur le risque que l’identité québécoise soit compromise, l’élu responsable de la Langue française a ajouté : « Ça pourrait arriver. »

Laïcité et pensée critique : la CAQ présente le cours Culture et  citoyenneté québécoise | Radio-Canada

Jean-François ROBERGE, Député de Chambly. Coalition avenir Québec

Pour 2021 et 2022, Québec attendait du fédéral 470 millions de dollars en remboursement des services donnés aux personnes qui ont effectué une demande d’asile. Pour la seule année 2023, 576,9 millions se seraient ajoutés au total.

« Malgré toute la générosité qui nous anime, notre capacité à livrer [des] services aux demandeurs d’asile a des limites », a clamé la ministre Fréchette en conférence de presse.

Regroupement familial : Ottawa fait pression, mais la ministre Fréchette  dit non | Radio-Canada

Christine Fréchette, Ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration

À ses côtés, le ministre Roberge a parlé d’une potentielle « crise humanitaire ». « Ça ne peut plus durer », a-t-il lancé.

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *