play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Saint-Hyacinthe accueille des infirmiers africains

today15/03/2023

Background
share close

Ils sont au total vingt-huit infirmiers et infirmières originaires de la Tunisie, du Maroc, de l’Algérie et du Cameroun, ils vont bientôt intégrer le système de santé québécois, qui fait face à une importante pénurie de personnel. Mais avant, ils vont se soumettre à une formation d’un an à Saint-Hyacinthe. La Presse est allée à leur rencontre lors d’une journée d’intégration.

Après son arrivée, il y a deux semaines, Fatima Guelai, 23 ans, s’adapte peu à peu à sa nouvelle ville. « Dès qu’on est arrivés, on est sortis pour visiter. On était curieux. On voulait tout découvrir. » Fatima a été marquée par la neige, a-t-elle, indiqué. « On est habitués à la chaleur, et là, il fait vraiment froid. »

Diplômés en soins infirmiers dans leur pays d’origine, ces jeunes professionnels suivront une formation d’un an au Cégep de Saint-Hyacinthe pour parfaire leurs connaissances. Ils pourront ensuite faire leur entrée au Cisss de la Montérégie-Est.

C’est à l’issue d’une formation de trois ans au Maroc que Fatima Guelai a commencé à exercer la profession d’infirmière pendant trois ans. Elle est fébrile à l’idée de retourner sur les bancs d’école, ici, au Québec. « C’est un plaisir, parce que je peux acquérir d’autres connaissances », dit-elle, en marchant à travers le Cégep.

C’est grâce au projet de « reconnaissance des compétences » annoncé par le gouvernement du Québec en 2022 et visant, à terme, à recruter à l’international 1 000 infirmières et infirmiers que ces 28 candidats d’Afrique ont fait leur arrivée au Québec.

Brigitte Petrie, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Est, se réjouit du recrutement, mais s’inquiète de la rétention du personnel. « Actuellement, beaucoup de professionnels de la santé quittent le réseau de la santé, se dirigent vers les agences ou tombent en congé de maladie, dit-elle. Si on va chercher du personnel à l’étranger et qu’on veut le garder, il faut que les conditions de travail dans le réseau s’améliorent. »

Examen d’admission à la profession un défi sans précédent

Pendant leurs études, les candidats pourront travailler à titre de préposés aux bénéficiaires. Une fois leur formation achevée, ils devront réussir l’examen d’admission à la profession de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (Oiiq). Lors du dernier examen de l’Oiiq, en septembre 2022, seules 19,5 % des personnes diplômées à l’extérieur du Canada ont réussi l’examen lors de leur première tentative, contre 56 % chez les diplômés du Québec. Les candidats qui échoueront à la formation pourront toutefois continuer à travailler comme préposés aux bénéficiaires, avait précisé Québec lors de l’annonce du programme.

Avant de faire leur entrée dans le réseau de la santé, les élèves tentent de s’adapter à leur nouvelle vie dans la province. « Je viens d’une petite ville au Maroc, donc je suis contente d’être à Saint-Hyacinthe. C’est un peu difficile de s’éloigner de la famille, avoue Fatima Guelai, mais il faut aussi penser à notre avenir. »

Avec l’aide de la Maison de la famille des Maskoutains, elle s’est déniché un bel appartement, au centre-ville de Saint-Hyacinthe, confie-t-elle avec fierté. Elle y habite avec son conjoint, qui a quitté son pays natal pour l’accompagner. « Au Maroc, il était enseignant. Il ne sait pas s’il va continuer en enseignement ou prendre un autre chemin. Il est toujours en train de réfléchir », dit-elle.

Faciliter l’accessibilité

Dans l’optique de faciliter l’accessibilité des étudiants, ces derniers ont deux semaines d’activités préparatoires. Au menu : tour de la ville de Saint-Hyacinthe, vaccination, essayage de masques et d’uniformes, mise à niveau en informatique. « Ils nous ont aussi expliqué le fonctionnement de l’autobus et les abonnements téléphoniques », dit Badreddine Mouhassir.

Âgé de 27 ans, l’infirmier n’a pas hésité à quitter son pays natal, après avoir vu passer sur Facebook, le programme de recrutement du Québec. « Laisser ma mère, ça a été un peu difficile. On se parle presque chaque jour. Elle me manque, mais ça va », laisse-t-il tomber, ému.

Le candidat originaire du Maroc habite dans un grand appartement avec quatre autres élèves du programme. « On est devenus comme une petite famille. Je me rends au cégep à pied de mon appartement. Même pendant les tempêtes », dit-il en souriant.

Badreddine Mouhassir apprécie le calme de sa nouvelle ville. « Je viens de Casablanca, la plus grande ville du Maroc. C’est une ville stressante. Saint-Hyacinthe, c’est tranquille. C’est apaisant. J’aime vraiment ça », dit-il en souriant.

Le jeune homme, qui est titulaire d’une maîtrise en management d’établissements de santé, rêve d’une grande carrière. « Au Maroc, il n’y a pas d’avantage à avoir fait la maîtrise. Tu es infirmier et tu stagnes. Je veux avoir une belle carrière ici. C’est ce qui me motive, dit-il. J’ai de l’ambition. »

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *