play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

Religion. La longue agonie de l’Église depuis la venue du pape Jean-Paul II

today27/07/2022

Background
share close

La moitié des catholiques de 15 ans et plus participaient à des activités religieuses en 1985. De 2017 à 2019, ce taux a dégringolé à 26 %.

Le pape Jean-Paul II salue l'immense foule réunie sur les terrains du PEPS.

Le pape Jean-Paul II salue l’immense foule réunie sur les terrains du PEPS, le 9 septembre 1984.

 

En 1984, des centaines de milliers de Québécois acclament et célèbrent le pape Jean-Paul II lors de sa visite dans la province. Les messes font salle comble, malgré le déclin de la foi amorcé durant la Révolution tranquille. Près de 40 ans plus tard, à l’aube de la venue du pape François, certains observateurs parlent d’une église « effondrée » : un phénomène qui se fait sentir particulièrement au Québec.

En 30 ans, on a vu une évolution importante et, dans tous les cas, c’est une diminution [de la pratique], affirme Gilles Routhier, professeur de théologie à l’Université Laval et supérieur général au Séminaire de Québec.

Tous les indicateurs sont rouges au sein du clergé québécois : le nombre de prêtres, de religieuses, de fidèles, d’institutions et la santé des finances de l’Église.

Selon Statistique Canada, environ la moitié (51 %) des catholiques de 15 ans et plus au Québec participaient à des activités religieuses au moins une fois par mois en 1985. De 2017 à 2019, ce taux avait diminué de moitié (26 %).

Vivante grâce à l’immigration

L’abbé Pierre Gingras, curé responsable de la paroisse Notre-Dame-de-Foy à Québec, est à même de le constater. Il a fermé au cours de sa carrière trois églises, dont Saint-Jean-Baptiste, en 2015, classée exceptionnelle par le ministère de la Culture. Il sait qu’il en fermera d’autres.

C’est dramatique. Je trouve ça triste, déplore le curé.

Il y a six églises au sein de sa paroisse, mais juste assez de fidèles pour n’en remplir qu’une seule. Les nouveaux arrivants, qui représentent le tiers des adeptes, permettent toutefois d’en garder quelques-unes ouvertes.

Leur apport est si important qu’une messe est célébrée en espagnol tous les samedis soirs. Une en portugais sera aussi bientôt offerte. C’est sans compter la messe aux saveurs africaines présentée une fois par mois.

L'intérieur d'une église.

Une messe en espagnol est célébrée tous les samedis à l’église Saint-Mathieu de Sainte-Foy.

Phase de rupture

Selon Gilles Routier, l’accélération du décrochage s’est faite à partir des années 1980.

Inévitablement, elle définit un nombre de normes morales chez les Québécois. Certains curés dictent même aux familles comment agir à l’intérieur de leur maison et de leur chambre à coucher.

L’État a repris ses responsabilités entre les années 1960 et 1980. Des Québécois ont alors voulu rompre avec leur passé et s’affranchir de la paternité de l’Église.

« Il y a, au Québec, un ressentiment, sinon une haine du catholicisme. […] Les Québécois ont encore des comptes à régler avec l’Église. »

— Une citation de  Gilles Routhier, professeur de théologie à l’Université Laval et supérieur général au Séminaire de Québec

L’abbé Pierre Gingras remarque d’ailleurs que ce sont particulièrement les baby-boomers qui ont déserté les églises. On voit majoritairement des personnes âgées et des jeunes qui redécouvrent leur côté religieux, souligne-t-il.

Pierre Gingras, en entrevue.

Pierre Gingras est le curé responsable de la paroisse Notre-Dame-de-Foy.

C’est le cas d’Antoine Malenfant, un homme de 37 ans, rédacteur en chef du magazine religieux Le Verbe. Il fréquente l’église deux fois par semaine. Il y a rencontré sa conjointe, avec qui il a eu huit enfants.

On attend notre 9e et notre 10e. Notre deuxième couple de jumeaux. […] C’est écrit dans ma face que j’adhère à la morale sexuelle de l’église, raconte-t-il en riant.

Antoine Malenfant est rédacteur en chef du magasine religieux Le Verbe.

Antoine Malenfant est rédacteur en chef du magasine religieux « Le Verbe ».

Antoine Malenfant vient lui aussi d’une famille nombreuse. Mes parents nous ont transmis ce qui était le plus important à leurs yeux et c’est ce que je compte faire avec mes enfants.

La religion catholique l’aide à donner un sens à sa vie, lui permet de passer au travers de dures épreuves et lui donne un esprit de communauté.

« Les gens ne viennent plus à l’église par convenance. Autour de moi, il y a beaucoup de jeunes familles qui fréquentent l’église et le font par choix. »

— Une citation de  Antoine Malenfant

Que les églises soient vides, ça lui importe peu. Il aime que les fidèles qui se déplacent le fassent par choix et conviction. On se rapproche de l’objectif du Christ.

Sévices au sein de l’Église

Des fidèles comme Antoine Malenfant, il y en a peu, constate Gilles Routhier.

Selon lui, les scandales sexuels de prêtres pédophiles et les pensionnats pour Autochtones ont contribué au déclin de l’achalandage. Ça ne joue pas seulement chez les Autochtones et ça entre dans la construction de l’idée que tout ce qu’a réussi l’Église est d’abuser, dit-il.

Il y a, au Québec, 24 recours collectifs contre des diocèses et congrégations religieuses. Plus de 2500 Québécois sont en attente d’obtenir justice devant les tribunaux. Pierre Bolduc en fait partie.

Pierre Bolduc poursuit le Diocèse de Québec pour des agressions qu'il aurait subies dans les années soixante à Thetford Mines.

Pierre Bolduc poursuit le Diocèse de Québec pour des agressions qu’il aurait subies dans les années 1960 à Thetford Mines.

Dans les années 1960, il aurait été agressé sexuellement à de nombreuses reprises par le curé de sa paroisse.

Il croit aussi que les agressions ont contribué à vider les églises. C’est difficile à quantifier, mais ça n’a pas aidé. Lui, en tout cas, admet avoir perdu la foi pour cette raison.

 

L’avenir de l’église catholique au Québec

Ce n’est pas la première fois de son histoire que l’Église catholique traverse une période difficile.

De penser que c’est fini, c’est une grande illusion, mais il faut s’attendre à une longue traversée du désert, illustre Gilles Routhier, faisant référence à des passages de la Bible.

Source: Radio Canada

 

Written by: C2D


Previous post

À la Une

Succes story: Du lapereau camerounais à l’entreprise informatique trifluvienne 

L’immigration d’Henri Kenfack au Canada a été difficile. Le jeune Camerounais est arrivé au Québec avec sa femme et leurs deux enfants de 4 et 2 ans dans le but d’améliorer leurs conditions de vie. Il était chef des services informatiques dans une entreprise de 2500 employés dans son pays d’origine et jouissait d’un bon statut social. Henri Kenfack croyait que rien ne changerait, à ce chapitre, en venant s’établir […]

today27/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%