play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Politique. Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Damiba démissionne en posant 7 conditions au MPSR

today03/10/2022

Background
share close

Les choses se précisent au Burkina Faso. Le pays des hommes intègres a connu des moments d’incertitude sur le plan politique ces derniers jours. Après un coup d’état perpétré le 30 août par l’ancien commandant du régiment d’artillerie de Kaya et ses hommes, la clarté sur qui détenait le pouvoir dans le pays persistait encore. Le flou est levé. C’est officiel, celui qui est venu au pouvoir en janvier dernier par les armes a démissionné. Paul-Henri Sandaogo Damiba a présenté cette démission le dimanche 2 octobre à Ouagadougou selon un communiqué en posant sept (7) conditions.

  1. La poursuite des activités opérationnelles sur le terrain.
  2. La garantie de la sécurité et de la non-poursuite des FDS engagés à ses côtés.
  3. La poursuite du renforcement de la cohésion au sein des FDS.
  4. La poursuite de la réconciliation nationale.
  5. Le respect des engagements pris avec la CEDEAO.
  6. La poursuite de la réforme de l’Etat.
  7. La garantie de sa sécurité et de ses droits, ainsi que ceux de ses collaborateurs.

Le Capitaine Ibrahim TRAORE a accepté ces sept conditions. Selon certains médias, le président Damiba serait déjà en exil au Togo, une information non confirmée par le capitaine Traoré qui indique tout de même qu’il se porte bien.

Dans un communiqué lu en direct à la Radiodiffusion télévision du Burkina, le MPSR (Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration) a rassuré que la situation est sous contrôle. « Nous tenons à informer la population que la situation est sous contrôle et que les choses sont en train de rentrer progressivement dans l’ordre » a indiqué le capitaine Kiswendsida Farouk Azaria Sorgho du MPSR. Il a invité la population à vaquer librement à leur occupation et à se « départir de tout acte de violence et de vandalisme qui pourrait entacher les efforts consentis depuis la nuit du 30 septembre 2022 ».

Les autorités coutumières et religieuses invitent également la population au calme, à la retenue et à la prière pour la patrie, le Burkina Faso. Par ailleurs, une délégation de la Cédeao est attendu ce lundi 3 octobre 2022 à Ouagadougou. La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a déjà félicité les différentes parties du pays pour « avoir accepté un règlement pacifique de leurs différends ».

Agé seulement de 34 ans, le capitaine Ibrahim Traoré est le nouvel homme fort du Burkina Faso.

La rédaction.

Written by: Maimouna SOW


Previous post

Opinions

Le pouvoir, le péché et la malédiction. L’essentiel n’est pas de disposer d’un pouvoir, c’est plutôt de savoir s’en servir humainement (Par Aliou Bah)

Le bon sens suffit pour comprendre certaines lois de la nature comme celle qui démontre qu'au-delà du sommet n'existe pas. Cela voudrait dire que lorsqu'on atteint le maximum de son ascension (la borne infranchissable), on doit penser au temps qu'on y mettra et surtout la manière par laquelle on redescend. C'est à ce niveau se trouve la différence entre la descente et la chute. La première est volontaire, planifiée et […]

today03/10/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%