play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Meurtre au Québec : la génitrice d’une victime intente un procès contre les policiers

today06/03/2023

Background
share close

 

C’est à Repentigny au Québec que la mère de l’afro-descendant qui a été tué par la police en 2021 a intenté une poursuite contre la ville et les services de police.

La victime s’appelait Jean René Junior Olivier. D’après les avocats de Mireille Bence, sa mère, la race a pu jouer un rôle prépondérant dans sa mort. « Nous avons des raisons de croire que si Jean René Junior Olivier avait été une personne blanche, il serait encore en vie aujourd’hui », a déclaré Wilerne Bernard, l’un des avocats de Bence.

C’était un 1er août 2021 que Junior Olivier, âgé de 37 ans, avait été abattu par la police de Repentigny, alors qu’il traversait une crise de santé mentale. Sa mère réclame maintenant 430 000 $ en dommages et intérêts. Bence a déclaré qu’elle s’attendait à une réponse médicale lorsqu’elle a appelé le 911 pour signaler que son fils souffrait de détresse psychologique et portait un couteau, mais qu’au lieu de cela, six officiers de police sont arrivés, ainsi qu’une ambulance.

« J’ai demandé une ambulance pour l’emmener dans un hôpital psychiatrique, mais quand ils sont arrivés sur les lieux, ce n’était pas du tout ça. Il a été tué », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. Elle renchérit : « Je sais que, quoi qu’il arrive, mon fils ne reviendra pas à la vie. Cependant, je suis ici pour (…) qu’une autre famille n’ait pas à vivre ce que je vis en ce moment. C’est très douloureux ».

D’après le Bureau des enquêtes indépendantes, le chien de garde de la police du Québec, les agents ont tenté de convaincre Junior Olivier de lâcher le couteau pendant environ 15 minutes. À plusieurs reprises, il a posé le couteau, avant de le reprendre et de courir vers les officiers, dont deux ont ouvert le feu.

La mère de la victime ne croit pas que le tir était justifié. « Mon fils avait un couteau à steak dans sa main. Il y avait six officiers de police. Les six officiers de police ne peuvent pas maîtriser un gars maigre avec un couteau à steak dans sa main ? » dit-elle.

Marie-Livia Beaugé, l’autre avocate de Bence, a déclaré que la ville a souligné l’importance de donner à ses policiers une formation sur la santé mentale et le profilage racial. « Cependant, lors de cette intervention, aucune de ces formations ne semble avoir été utilisée », a-t-elle déclaré.

Bernard a déclaré que la combinaison de « santé mentale, de peau noire (et) de statut social précaire » augmente « énormément » les risques de décès lors d’une intervention policière. » Il y a moins de deux semaines, le bureau du procureur de la Couronne du Québec a décidé qu’il n’y avait pas lieu de porter des accusations criminelles contre l’un des policiers en rapport avec la fusillade mortelle.

« Compte tenu du danger particulièrement imminent auquel ils étaient confrontés, l’homme étant armé et refusant à plusieurs reprises d’obtempérer aux ordres, chacun des deux policiers impliqués avait des motifs raisonnables de croire que la force appliquée envers l’homme était nécessaire pour se protéger contre des blessures corporelles graves ou la mort et que l’utilisation de leurs armes était la seule façon de mettre fin à cette menace », a déclaré le ministère public dans un communiqué.

Le groupe communautaire Lakay, qui représente la communauté noire de Repentigny, ainsi que le groupe antiraciste Coalition rouge ont demandé au ministre de la Sécurité publique du Québec d’ordonner une enquête publique sur la mort de Junior Olivier.

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *