play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Lutte contre l’évasion fiscale : le Québec convie les pays de la francophonie à y mettre du leur

today28/11/2022

Background
share close

[2:58 PM] Raphael Mforlem

Lutte contre l’évasion fiscale : le Québec convie les pays de la francophonie à y mettre du leur

Haroun Bouazzi, député Québécois, invite François Legault, Premier ministre du Québec à soulever cette question lors du 18e Sommet de la Francophonie à Djerba en Tunisie.

C’est un programme hyper chargé qui attendait le Premier ministre du Québec à Djerba en Tunisie dans le cadre de la tenue du Sommet de la Francophonie. Dans sa feuille de route, François Legault devra rencontrer les représentants de l’entreprise tunisienne Coficab, ainsi que l’auditoire de Wallonie-Bruxelles.

Il devrait également s’entretenir avec la secrétaire générale de la Francophonie, la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Après cet entrevu, François Legault devra aussi avoir un échange avec la presse et les journalistes.

Au regard de la qualité et de la quantité des audiences, le député Haroun Bouazzi souhaite que la question de lutter contre l’évitement, l’évasion et le dumping fiscal soit abordée au cours du séjour du Premier ministre en Tunisie. Selon cet élu Québécois, il est temps que les pays de la Francophonie s’engagent à lutter contre l’évasion fiscale.

Le député déplore l’opacité face au partage des données fiscales entre les pays. Selon ce dernier : « Si un riche homme d’affaires décide de mettre son argent au Cameroun, le Québec et le Canada ne sont pas capables de facilement savoir ce qui appartient à cet homme d’affaires dans ce pays, pareil dans d’autres pays », illustre-t-il.

Pour ce qui est des entreprises, Bouazzi déplore le fait que les entreprises se retrouvent en surnombre dans des pays où elles sont susceptibles de payer le moins d’impôts possibles. Pour ce cas, le député demande un minimum d’harmonisation de la fiscalité.

« Trop souvent, ce n’est pas un sujet, souligne-t-il. On n’arrête pas de s’étonner que les grosses corporations ne paient pas d’impôts, mais […] c’est une responsabilité conjointe des pays », dit-il.

Pour ce député, « éviter le dumping fiscal dans les pays de la Francophonie, serait un bon début, surtout qu’il y a un certain nombre d’îles où la fiscalité est pour le moins conciliante avec les corporations », souligne Haroun Bouazzi.

Rappelons que le Québec est un membre à part entière de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), ce qui lui donne une tribune exceptionnelle.

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada.

Written by: Raphael Nforlem


Previous post

À la Une

Rencontre des entrepreneurs francophones : le Québec accueille l’édition 2023

L’annonce a été faite à Djerba en Tunisie le 20 novembre dernier par le Premier ministre du Québec lors du Sommet de la francophonie. C’est plusieurs centaines entreprises issues du monde entier qui sont attendues au Québec en 2023 dans le cadre de l’événement annuel de la Rencontre des entrepreneurs francophones (LaRef). Organisé par le Conseil du patronat du Québec (CPQ), en collaboration avec Québec International, LaRef a pour objectif […]

today28/11/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%