play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

LES SAGES FEMMES SERAIENT ELLES MÉNACÉES PAR SANTÉ QUÉBEC ?

today04/10/2023

Background
share close

De nombreuses associations féministes et figures de la proue du mouvement dénoncent le risque de dénaturation du métier de sage-femme; en effet, le projet de LOI 15 et la création de l’AGENCE de SANTÉ QUÉBEC suscitent une multitude d’interrogations: si pouvoir choisir d’accoucher à la maison sera-t-il encore possible après l’adoption de ladite loi?, ne serait-il pas la fin de la profession de sages-femmes ? , Le processus pour une femme de vivre un accouchement vaginal si elle a eu précédemment une césarienne ne serait-il pas une mission impossible? demandent-elles dans une correspondance.

Au Québec, trois types de professionnels ont le droit de faire des accouchements: les gynécologues (et obstétriciens) certains médecins de famille et les sages-femmes qui elles, jouissent d’une autonomie professionnelle particulière légalisée en 1999, qui se verra mise en péril par le projet de LOI 15.

JOSYANE GIRAUX, présidente du regroupement des sages-femmes du Québec déclare avoir été mise à l’écart de la commission parlementaire et voir tous les

amendements du projet de loi en lien avec le statut professionnel des sages-femmes rejetés; cosignent de nombreuses organisations féministes dont la Fédération des Femmes du Québec (FFQ), une proue du mouvement comme FRANCOISE DAVID, également le député libéral ANDRÉ FORTIN qui fait la remarque:  «  le gouvernement aurait pu trouver une voie de passage dans ce dossier ».  VINCENT MARISSAL député de Québec solidaire défend le projet de loi et s’est montré (totalement inflexible) en commission parlementaire et cite: « c’est mieux pour elles ».

En vertu du projet de loi, les femmes qui gèrent les centres de naissance relèvent d’un directeur médical, nouveau poste créé par l’organigramme de l’agence ; De plus, les coordonnatrices de maisons de naissance verront leur statut changer et deviendront cheffes d’un département clinique sage-femme. Dans chaque région, l’une d’elles pourra en outre siéger au CMDPSF.

Le sous-ministre et médecin STÉPHANE BERGERON déclare que l’agence de santé Québec reconnaissait ainsi l’importance des sages-femmes en leur donnant une place officielle dans sa hiérarchie , et leur donne le droit de pratiquer des accouchements à l’hôpital en plus de la maison de naissance; Or elles affirment qu’on les insère

dans une structure hiérarchique qui va à l’encontre de leur philosophie , en plus de leurs places sous la tutelle des médecins qui sont majoritaires dans le CMDPSF et elles considèrent que l’accouchement à l’hôpital est axé sur les risques et une approche pathologique de la grossesse.

 

Ange ADJAGBONI, Troc Radio Canada

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *