play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Les nouveaux arrivants Afro-descendants bénéficieraient d’une banque alimentaire et vestimentaire

today31/01/2024

Background
share close

Les nouveaux arrivants afro-descendants établis dans le Grand Sudbury peuvent désormais compter sur l’appui d’un jeune service, l’Afro Women and Youth Foundation (AWYF), pour obtenir de la nourriture et des vêtements gratuits.

 

l’Afro Women and Youth Foundation qui est un organisme dont la mission est de renforcer les compétences de leadership et d’auto-représentation des femmes et des jeunes immigrants racialisés, leur donner les moyens de résister au racisme anti-noir et décoloniser activement nos opinions sociétales.

Adebola Adefioye, fondatrice et directrice générale de l’AWYF distribue des vêtements gratuitement aux nouveaux arrivants afro-descendants tout en se souvenant de sa propre immigration au Canada, il y a sept ans, en provenance du Nigeria.

« Comme nouvelle arrivante, je ne pouvais pas me permettre d’acheter les vêtements que je voyais dans des magasins. » Pouvoir obtenir des habits de seconde main gratuitement, c’était une manne. « Je suis ravie de pouvoir offrir cela à d’autres personnes », déclare-t-elle.

Roby Joseph, président de l’association communautaire Ressources haïtiennes de Sudbury, trouve ce service formidable, car pour lui, « quand la personne arrive, elle arrive avec un peu d’argent ou pas d’argent du tout. » Et c’est un moment où la personne doit dépenser dans tout pour s’établir : ameublement, logement, tout. Si la personne peut recevoir un peu de services pour lesquels elle ne devra pas dépenser, ça peut l’aider de façon économique.

Et pourtant, la création d’une banque de vêtements ne faisait pas partie des objectifs d’Adebola Adefioye lorsqu’elle a créé Afro Women and Youth Foundation (AWYF) en 2019 à Toronto, où elle habitait. L’idée a plutôt germé d’une autre expérience personnelle.

Sa fille ayant été victime de discrimination raciale à l’école de la part de ses camarades de classe, Adebola Adefioye a développé en sa petite fille « la confiance en soi » ; elle a par la suite pris contact avec un refuge pour demandeurs d’asile où, à la demande des occupants, elle a commencé à offrir des ateliers de leadership et de sensibilisation au racisme.

Elle a constaté des besoins similaires en déménageant il y a deux ans à Sudbury.

L’Afro Women and Youth Foundation offre également une gamme d’ateliers aux nouveaux arrivants afro-descendants, notamment sur la santé mentale et les violences basées sur le genre, et comprend aussi des soirées de jeux ainsi que des ateliers de couture, de coiffure, de cuisine et de peinture renforçant ainsi le « sens de la communauté ».

L’organisme encadre régulièrement des travailleurs migrants, dont l’isolement engendre souvent des défis de « santé mentale et beaucoup de stress supplémentaire », affirme le directeur général, Scott Florence.

À l’avenir, Afro Women and Youth Foundation souhaite obtenir des sources de financement plus stables. Avec ses ressources actuelles, l’organisme doit limiter les inscriptions à ses programmes destinés aux jeunes et aux femmes.

 »Nous avons besoin d’aide pour pouvoir en faire plus », conclut Adebola Adefioye.

Written by: Danielle Adjagboni

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *