play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

La contribution du Québec aux fonctionnaires est « inacceptable » selon Gabriel Nadeau-Dubois

today06/11/2023

Background
share close

MONTRÉAL – Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont réagi à la nouvelle offre du gouvernement Legault pour les travailleurs du secteur public. Ce qui est nouveau au Québec, c’est une augmentation de salaire de 10,3 % sur cinq ans, en plus d’un montant forfaitaire de 1 000 $ la première année. A cela s’ajoute une somme de 3% réservée aux « priorités gouvernementales », ce qui fait que le gouvernement présente sa contribution à 14,8% dans cinq ans. L’offre précédente était une augmentation de salaire de 9 % sur cinq ans, avec une somme supplémentaire de 1 000 $ la première année et une prime égale à 2,5 % pour les « priorités gouvernementales », l’offre présentée comme une augmentation de 13 % de plus. cinq ans. Le groupe est sorti des mains suite au dépôt d’une nouvelle offre du Québec, mais ils ne sont pas les seuls. Le porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, estime que le gouvernement Legault appauvrit les fonctionnaires du secteur public.

De passage à Trois-Rivières pour le débat dans le cadre de la course au poste de porte-parole féminine et à la présidente de QS, M. Nadeau-Dubois a souligné que le cadeau a été remis dimanche matin par la présidente du Conseil des finances, Sonia LeBel. est désagréable. C’est inacceptable. Il a dit qu’il s’agissait d’une attaque frontale entre les classes. Les infirmières, les enseignants, les concierges, les gens qui travaillent dans nos institutions publiques, voilà le peuple, la classe moyenne. » M Nadeau-Dubois a souligné que l’offre est inférieure au taux d’inflation et que cela peut appauvrir « les femmes et les hommes qui travaillent fort dans nos services sociaux ».

Lorsqu’on lui a demandé ce qui, selon lui, serait acceptable, M. Nadeau-Dubois a répondu que « le minimum » ne serait pas d’appauvrir les travailleurs. « Il y a une pénurie de travailleurs dans notre secteur public. Si nous les payons mal, ils continueront à partir. Le service fourni à la population va diminuer en qualité », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il comprenait que les travailleurs fuyaient. Le Front syndical, composé de la CSN, de la CSQ, de la FTQ et de l’APTS, qui représente 420 000 membres, a annoncé la première journée de grève, le 6 novembre.

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui représente 80 000 infirmières et autres professionnelles de la santé, a de son côté annoncé la première journée de grève, les 8 et 9 novembre. Les 65 000 enseignants de la Fédération de l’enseignement autonome (FAE) se sont également donné le droit de grève, mais on ne sait pas exactement quand cela se fera. En marge du Conseil national péquiste à Saint-Hyacinthe, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon n’a pas voulu s’étendre sur le sujet, indiquant qu’il préférait laisser la parole aux travailleurs. « Aux oreilles, cela ne ressemble pas à un cadeau, de l’argent, qui entrera dans l’histoire. Mais je ne pense pas que ce soit entre mes mains, ce sont vraiment les travailleurs qui doivent s’exprimer en premier. Je ne veux pas représenter les travailleurs, après cela nous serons heureux de répondre aux questions », a-t-il déclaré.

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *