play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

Immigration. 5000 $ collectés pour lutter contre une décision d’Immigration Canada

today27/07/2022

Background
share close
Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants a organisé la levée de fonds pour pouvoir faire appel à une avocate privée afin de contester la décision d’IRCC.

«Quand on pense à de la traite d’êtres humains, on pense à des personnes menottées dans une cave. Mais ça peut être beaucoup plus banal», explique Raphaël Laflamme, organisateur communautaire au CTI de Québec, une association qui accompagne les deux plaignantes, Lindsay et Marie. Selon M. Laflamme, le refus d’IRCC, et surtout les explications données pour le justifier, sont incompréhensibles. «Quand on parle de traite d’êtres humains, l’excuse « vous auriez pu partir quand vous le vouliez » ne fonctionne pas».

Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants a donc organisé la levée de fonds pour pouvoir faire appel à une avocate privée afin de contester la décision d’IRCC. «Si Immigration Canada refuse de reconsidérer la demande de permis de travail temporaire, on ira en justice, mais il nous faut de l’argent pour ça», précise M. Laflamme. Peu après midi, le CTI avait récolté près de 5000 $.

Recours abusif à des travailleurs temporaires bénévoles

Marie et Lindsay étaient toutes deux préposées aux bénéficiaires à la maison pour ainés Villa Mon Domaine à Lévis. Les deux femmes, originaires de Côte d’Ivoire et du Cameroun sont arrivées au Québec en 2020 et 2021 et avaient commencé à travailler comme bénévoles dans le but d’obtenir leur permis de travail.

Selon des informations publiées par Le Devoir, l’établissement lévisien qui les a engagés comme bénévoles est la cible depuis mars dernier de plusieurs plaintes pour sa façon de traiter les travailleurs temporaires et pour son recours à des préposés aux bénéficiaires bénévoles. Aidées par le CTI, les deux femmes ont porté plainte pour traite de personne et ont fait une demande auprès d’Immigration Canada pour obtenir un «permis de travail temporaire». Mais la demande a été rejetée par IRCC, au motif qu’elles avaient travaillé avant d’obtenir un permis de travail alors qu’elles auraient pu bénéficier du soutien de leurs proches. Les deux femmes risquent aussi d’être expulsées du territoire canadien, puisque leur statut de résidentes temporaires a expiré.

Au moment de la publication, les propriétaires de la Villa Mon Domaine n’avaient pas répondu aux sollicitations.

Source: Le Droit

Written by: C2D


Previous post

Actualités

Religion. La longue agonie de l’Église depuis la venue du pape Jean-Paul II

La moitié des catholiques de 15 ans et plus participaient à des activités religieuses en 1985. De 2017 à 2019, ce taux a dégringolé à 26 %. Le pape Jean-Paul II salue l'immense foule réunie sur les terrains du PEPS, le 9 septembre 1984.   En 1984, des centaines de milliers de Québécois acclament et célèbrent le pape Jean-Paul II lors de sa visite dans la province. Les messes font […]

today27/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%