play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Étudiants internationaux : la chasse gardée des établissements privés d’enseignement supérieur

today17/01/2023

Background
share close

Étudiants internationaux : la chasse gardée des établissements privés d’enseignement supérieur

Depuis quelques années, ces institutions privées éprouvent un appétit poussé pour les étudiants internationaux. Sauf que la complexité et la lenteur des processus administratifs gouvernementaux nuisent toutefois à leurs efforts.

D’après la firme HolonIQ l’on comptera environ huit millions d’étudiants internationaux dans le monde d’ici 2030, soit trois millions de plus qu’en 2019. Leurs dépenses incluant les droits de scolarité, logement, nourriture, transport… passeront de 196 à 433 milliards de dollars américains.

Dans les universités québécoises, leur nombre est passé de 48 470 à 54 321 depuis 2019 selon le Bureau de coopération inter-universitaire (BCI), ce qui représente une hausse de 12 %. On en dénombrait à peine plus de 20 000 en 2010, selon Statistique Canada. Ils représentent désormais environ un étudiant sur six, d’après le BCI.

Selon Daniel Jutras, président du BCI et recteur de l’Université de Montréal, « la proportion d’étudiants internationaux varie grandement entre les établissements ». Ainsi, 70 % des étudiants de l’INRS proviennent de l’international en 2022, comparativement à 13,5 % à l’Université du Québec à Montréal et 29 % à l’Université McGill.

Un immense intérêt financier

Les étudiants internationaux paient des droits de scolarité, trois à dix fois plus élevés que ceux originaires du Québec. Entre 2012 et 2022, la moyenne des droits de scolarité des étudiants internationaux de premier cycle est passée de 16 670 à 29 827 dollars, selon Statistique Canada. Depuis 2018, le gouvernement ne subventionne plus les universités pour ces étudiants, mais leur permet d’établir le niveau de droits de scolarités qu’elles leur facturent.

Pour nuancer cette approche, Daniel Jutras tient à indiquer que : « Une grande partie des étudiants internationaux provient de France ou de Belgique, qui sont des États avec lesquels le Québec possède des ententes qui gardent les droits de scolarité relativement bas », rappelle-t-il. En 2019, un tiers des étudiants internationaux étaient Français.

Selon Daniel Jutras, les étudiants internationaux enrichissent la diversité culturelle sur les campus et les salles de cours. Certains d’entre eux deviendront des chercheurs ou des travailleurs qualifiés au Québec, alors qu’une partie de ceux qui retournent dans leur pays agira en bons ambassadeurs pour les universités et le Québec.

Goulot d’étranglement

Dans la lutte pour attirer les étudiants internationaux, la qualité de vie au Québec et la bonne réputation de ses programmes de formation servent d’atouts. Le français peut freiner le recrutement des étudiants qui ne le maîtrisent pas, comme le manque de ressources financières de certains étudiants.

La complexité et la lenteur des démarches d’obtention de permis constituent également un obstacle. Depuis quelques années, les étudiants africains francophones ont par exemple essuyé un taux très élevé de refus à leur demande de visa. En 2021, le gouvernement fédéral a rejeté 72 % des candidatures provenant de pays africains ayant une forte population francophone, contre 35 % pour l’ensemble des autres régions, selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Des cégépiens venus d’ailleurs, les étudiants internationaux fréquentent aussi beaucoup le réseau collégial, notamment dans des programmes de technique. Dans le secteur public, ils paient entre 14 000 et 16 000 dollars de droits de scolarité (sauf s’ils sont Français ou jouissent d’une exemption), mais c’est le gouvernement québécois qui perçoit cet argent.

Bernard Tremblay, PDG de la Fédération des cégeps, souligne que : « Le gouvernement finance ensuite l’étudiant auprès du cégep comme s’il était Québécois, donc les établissements n’en tirent pas un avantage financier comparable à celui des universités ».

Les étudiants internationaux répondent plutôt à d’autres besoins. « Dans certaines régions, ils aident par exemple à créer des cohortes d’une taille suffisante pour continuer d’offrir certains programmes qui pourraient se retrouver en danger sans eux », illustre le PDG.

Plus de la moitié des étudiants internationaux fréquentent le réseau privé, subventionné ou non. Ces dernières années, le nombre d’étudiants indiens a explosé en raison de l’engouement pour les collèges privés non subventionnés. Plusieurs d’entre eux y trouvaient une voie d’accès détournée à un permis de travail, qu’on peut avoir au Québec après l’obtention d’une attestation d’études collégiales (AEC) ou d’un diplôme d’études professionnelles (DEP). La plupart de ces collèges privés offrent des formations courtes, seulement en anglais, à des prix d’environ 25 000 dollars. Le gouvernement québécois s’est engagé à resserrer ses règles à l’automne 2023.

Les cégeps ont développé ces dernières années des capacités accrues de recrutement d’étudiants internationaux. Ils doivent toutefois bien expliquer aux candidats en quoi consiste un cégep, une institution unique au monde ? La langue française et la complexité des formalités administratives constituent aussi des obstacles pour eux.

« Certains pays comme la France, le Royaume-Uni ou les États-Unis font une promotion plus agressive que le Québec, indique par ailleurs Bernard Tremblay. La compétition est très forte sur les marchés internationaux et un appui supplémentaire vaudrait son pesant d’or. »

Raphael Mforlem, Troc Radio Canada. Source : lesaffaires.com

Written by: Raphael Nforlem


Previous post

Communautés

Une camerounaise assassinée, son bébé à ses côtés

Drame au sein de la communauté camerounaise au Canada. Une camerounaise qui allaitait son bébé reçoit trois balles au niveau de sa poitrine. Le corps sans vie de la victime a été découvert dans sa maison en début d’après-midi de ce jeudi 12 janvier 2023 à Mont-Saint-Hilaire dans la banlieue de Montréal. Selon des informations obtenues par Radio-Canada, la victime s'appelait Nadine Flora Alinanyinyi, une immigrante du Cameroun arrivée au […]

today13/01/2023

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%