play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Conférence des travailleurs de la communauté noire : Ottawa a dépensé plus de 7,8 millions de dollars

today27/11/2023

Background
share close

Près de trois ans que le gouvernement fédéral se bat pour faire rejeter la poursuite du recours collectif noir et il a déjà englouti plus de 7,8 millions de dollars.

Les dirigeants du recours collectif des employés fédéraux noirs  réclament 2,5 milliards de dollars de dommages et intérêts pour les quelque 30 000 fonctionnaires et retraités qu’il représente. Ces derniers affirment qu’ils n’ont eu aucune chance de croissance et de profit depuis les années 1970.

Cette poursuite selon le directeur des opérations de ce recours collectif Alain Babineau permettrait de laisser ces derniers s’exprimer :<< on veut qu’ils puissent témoigner en leur langue>>.

Cette démarche est par ailleurs appuyée par Amnistie Internationale Canada. Entre-temps, au cours des prochaines semaines, la Cour fédérale examinera la demande de conditions d’intervention d’Amnistie Internationale Canada dans cette affaire.

L’appel de l’organisation précise qu’elle souhaite soumettre au tribunal un document sur le rôle du Canada concernant le droit à la non-discrimination en vertu du droit international. Dans sa déclaration, la secrétaire générale d’Amnistie Internationale Canada, Ketty Nivyaband, a déclaré que l’organisation avait la confiance et l’expérience nécessaires pour rendre ses conclusions.

La secrétaire générale d’Amnistie Internationale Canada et directeur général de l’organisme recours collectif noir, Nicholas Marcus Thompson, étaient  à Genève cette semaine pour participer à l’examen mondial annuel du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Nicholas Marcus Thompson, directeur exécutif de Black Class Action.

 

M Thompson a parlé à la communauté internationale des expériences des employés fédéraux noirs dans le pays. Il a également parlé des problèmes rencontrés par les représentants du gouvernement qui tentent, sans grand succès, de déposer une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne.

<<Il est très important que la communauté internationale sache ce qui se passe au Canada et que le Canada respecte ses obligations en matière de droits de la personne>>. Une citation de Nicholas Marcus Thompson, directeur exécutif de Black Class Action.

<<Lorsque nous parcourons le monde et que nous parlons de discrimination et de racisme, les gens continuent de parler parce qu’ils pensent que le Canada est ce pays de couleur où tout le monde est quelqu’un. « J’entends dire qu’il n’y a pas de problème, mais ce n’est pas vrai>>. , ajoute Alain Babineau.

Alain Babineau directeur des opérations du recours collectif

 

Nicholas Marcus Thompson espère qu’en attirant l’attention de la communauté internationale, le gouvernement canadien prendra des mesures plus concrètes pour prévenir le racisme des noirs en charge des services publics. C’est en ce sens que son groupe a déposé une plainte auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies en septembre 2022.

En revanche, La Couronne fédérale entend s’opposer à la déclaration d’Amnistie Internationale Canada à ce sujet. Il a jusqu’à fin décembre pour présenter ses arguments.

Ainsi, Malgré la longueur du processus judiciaire et la position de la Couronne fédérale devant le tribunal, les leaders de la classe espèrent que le gouvernement parviendra à un accord devant les tribunaux. Ils veulent que le gouvernement fédéral rémunère les fonctionnaires pour discrimination raciale, de la même manière qu’il l’a fait pour les enfants des Premières Nations lésés par le système de protection de l’enfance sous – financé.

Le gouvernement insiste sur le fait que les tribunaux ne sont pas l’endroit approprié pour les affaires qui peuvent ou pourraient faire l’objet d’appels, a déclaré dans un courriel Martin Potvin, porte-parole du Secrétariat de la Commission.<< Nous savons qu’il reste encore beaucoup de travail à faire>>. Une déclaration de Martin Potvin, porte-parole du Conseil du Trésor. <<La tâche consistant à éradiquer le racisme, les préjugés, les barrières et la discrimination, enracinés dans des générations, nécessite des efforts incessants et un changement systémique>>, a déclaré M. ajoute Potvin.

Le gouvernement affirme avoir fait beaucoup pour garantir une fonction publique diversifiée et inclusive, notamment en revoyant le système de traitement des plaintes.

Baleba Nguene Honorée Brenda, Troc  Radio Canada

Written by: Brenda Nguene

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *