play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Arts et Culture

Alimentation. Des Afro-canadiens parmi la nouvelle génération des restos éphémères

today31/05/2022

Background
share close
La popularité des restaurants éphémères (pop-up) n’est plus à démontrer. Qu’ils soient orchestrés dans des cuisines d’établissements renommés ou qu’ils prennent vie dans des événements spontanés, ces restos favorisent l’émergence d’une nouvelle génération prudente à se lancer dans une industrie imprévisible. De Vancouver à Montréal en passant par Toronto et Québec, voici des gens qui ont testé la formule, parfois avant de faire le grand saut.

Aunty Lucy’s à Toronto : la fierté du Ghana
Le Nima Burger servi chez Aunty Lucy’s s’inspire de la région de Nima dans la ville d’Accra, au Ghana.  | Photo : Gracieuseté : Aunty Lucy’s Burgers

Passant des burgers aux concerts d’artistes émergents, Chieff Bosompra jongle avec la créativité et l’entrepreneuriat dans la Ville Reine. Cet appétit pour l’avant-garde a mené le Ghanéen à l’ouverture d’un restaurant éphémère pour la promotion de son agence de création, Undisposable, en décembre 2019. L’homme d’affaires, qui entretient des liens étroits avec la scène musicale torontoise, ne se doutait pas que cet événement de trois jours allait devenir plus qu’un coup de publicité.

« Je voulais mettre de l’avant notre expertise dans la création de marques. J’ai eu l’idée d’un pop-up de burgers, parce que j’aime les burgers! On a donc créé l’image de marque, le nom et le menu. »

— Une citation de  Chieff Bosompra

Aunty Lucy, c’est la grand-mère de Chieff Bosompra. Toutes ses amies l’appelaient aunty (tante, en français), explique-t-il. Si le nom de l’entreprise s’inspire de la matriarche, c’est qu’elle a toujours encouragé son petit-fils à lancer son restaurant éphémère.

Chieff Bosompra a honoré sa grand-mère en appelant son restaurant Aunty Lucy’s.  | Photo : Gracieuseté : Aunty Lucy’s Burgers

Chieff Bosompra a misé en plein dans le mille. Les burgers inspirés du Ghana et le marketing alléchant de Aunty Lucy’s ont créé presque instantanément un sentiment de communauté. Au cœur de la pandémie, il a découvert le modèle des cuisines fantômes, ces restaurants sans salle à manger où les transactions sont possibles grâce aux plateformes numériques, comme Skip The Dishes ou UberEats.

Le menu de Aunty Lucy’s s’inspire des villes du Ghana, comme l’Accra Burger.  | Photo : Gracieuseté : Aunty Lucy’s Burgers

Chieff Bosompra s’est installé dans le quartier de Parkdale, à Toronto, pour tester le potentiel à long terme d’Aunty Lucy’s. Novice en cuisine, il a fait appel à Adrian Forte, semi-finaliste de l’émission Top Chef Canada, diffusée sur Food Network. Le Torontois d’origine jamaïcaine a élaboré un menu aux saveurs ghanéennes tout en enseignant les rudiments de la restauration à Chieff Bosompra. Le succès de cet essai d’un mois dans cette cuisine fantôme a motivé le duo à collaborer pour l’ouverture d’un espace permanent.

Presque deux ans se sont écoulés depuis qu’Aunty Lucy’s a élu domicile dans un local adjacent à l’hôtel Annex, en juin 2020. La popularité de ses smash burgers aux noms de villes du Ghana, de ses à-côtés aux accents africains et de sa musique, directement sortie des favoris de son propriétaire, ont poussé ce resto éphémère à se transformer en un établissement incontournable du quartier.

Aunty Lucy’s a organisé une collaboration éphémère avec la compagnie Beyond Meat.  | Photo : Gracieuseté : Aunty Lucy’s Burgers

Quand on me demande des conseils pour se lancer en restauration, je dis toujours d’y aller avec un restaurant éphémère d’abord. C’est la meilleure façon de tester des idées et un concept, et de créer un sentiment de communauté tout en évitant le poids d’un contrat de location coûteux. – Chieff Bosompra

Aunty Lucy’s n’a pas dit son dernier mot dans l’univers des restos éphémères. En juin, Chieff Bosompra s’envolera pour la Semaine de la mode de Paris, où il collaborera avec un chef parisien dans le contexte de l’événement.

Carolle-Anne Tremblay-Levasseur, Radio-Canada

Written by: Léo NSÉKÉ


Previous post

Actualités

Justice. Les détenus Noirs et Autochtones toujours désavantagés au Canada

Le Service correctionnel du Canada n'a « pas fait grand chose » depuis 2015 pour éliminer les disparités vécues par les délinquants noirs et autochtones au sein du système correctionnel fédéral, a conclu la vérificatrice générale (VG) du Canada dans son plus récent rapport déposé mardi matin. Le Service correctionnel du Canada n’a pas adapté ses programmes et ses mesures d’intervention à la diversité de la population de délinquantes et de délinquants, […]

today31/05/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%