play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Communautés. Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance historique nationale du 2e Bataillon de construction (C. E. C.)

today06/07/2022

Background
share close

Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance historique nationale du 2e Bataillon de construction (C. E. C.) L’unité non combattante ségréguée a été formée en 1916 et dissoute en 1920.

PICTOU, NS, le 5 juill. 2022 /CNW/ – Le 2e Bataillon de construction témoigne de la grande détermination des hommes noirs à surmonter le racisme et à contribuer à l’effort canadien lors de la Première Guerre mondiale. Les désignations nationales, comme celle du 2e Bataillon de construction, reflètent la riche histoire variée du Canada et offre une occasion à la population canadienne de tisser des liens avec notre patrimoine diversifié.

Aujourd’hui, Darrell Samson, secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants, ministre associé de la Défense nationale et député de Sackville-Preston-Chezzetcook, au nom de l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, a souligné l’importance historique nationale du 2e Bataillon de construction. Une cérémonie spéciale a été organisée en collaboration avec le Black Cultural Centre for Nova Scotia et le ministère de la Défense nationale au quai de Pictou, en Nouvelle-Écosse, afin de dévoiler une plaque commémorative de remplacement.

De nombreuses personnes d’ascendance africaine se sont portées volontaires pour servir dans l’armée après l’entrée du Canada dans la Première Guerre mondiale en 1914, mais si certains ont pu s’enrôler, d’autres ont été refusés en raison de présomptions racistes selon lesquelles ils étaient inaptes au service. Il a fallu des pressions constantes de la part de la communauté afro-canadienne pour que les choses changent. Plutôt que d’intégrer les Afro-Canadiens aux unités existantes, le ministère de la Milice et de la Défense a autorisé la formation du 2e Bataillon de construction le 5 juillet 1916.

Servant avec le Corps expéditionnaire canadien (C. E. C.), le 2e Bataillon de construction, composé de volontaires provenant du Canada, des États-Unis et des Caraïbes, a été envoyé outremer en 1917 et a fourni des services de soutien essentiels, souvent sous le feu de l’ennemi. Une fois outremer, les hommes ont surtout servi avec le Corps forestier canadien en France, où ils fournissaient du bois pour le front et assuraient des tâches de soutien importantes et dans des conditions de discrimination raciale et de harcèlement.

Depuis plus de cent ans, l’histoire du 2e Bataillon de construction est une source de fierté pour les Néo-Écossais et les Canadiens d’origine africaine. Le « Bataillon noir » représente l’adversité à laquelle les Afro-Néo-Écossais et les Afro-Canadiens ont dû faire face, à l’époque et par la suite. Il représente également une grande persévérance sur les plans personnel et communautaire. Ces hommes ont non seulement servi leur pays, mais ils l’ont fait avec une ténacité et un courage qui défiaient les normes sociales et les préjugés de l’époque.

Le gouvernement du Canada, sur la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, reconnaît les personnages, les lieux et les événements importants qui ont façonné notre pays. Le processus de commémoration repose en grande partie sur les candidatures du public.

Citations

« Au nom du gouvernement du Canada, je suis très fier de rendre hommage au 2e Bataillon de construction pour son rôle important dans l’histoire du Canada. L’héritage du Bataillon en Nouvelle-Écosse et dans la communauté afro-canadienne représente l’endurance des Canadiens noirs, qui ont affronté les préjugés et les inégalités pour se faire une place dans l’armée canadienne. Les désignations historiques commémorent tous les aspects de l’histoire du Canada. J’encourage l’ensemble des Canadiens et Canadiennes à en apprendre davantage sur le 2e Bataillon de construction et son importante contribution au patrimoine canadien. »

Darrell Samson, secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants, ministre associé de la Défense nationale et député de Sackville-Preston-Chezzetcook

« Ce lieu historique nous rappelle l’adversité à laquelle les hommes du 2e Bataillon de construction ont fait face dans leur volonté de servir. Malgré cette adversité, ils ont servi leur pays avec fierté et distinction. »

Russell Grosse, directeur général

Black Cultural Centre for Nova Scotia

Les faits en bref

  • Le 2e Bataillon de construction est arrivé en Angleterre au début du mois d’avril 1917. Le mois suivant, la 2e Compagnie de construction (rebaptisée ainsi parce qu’elle n’avait jamais atteint l’effectif complet du bataillon) s’est rendue en France, dans la région du Jura près de la frontière suisse. Là, les hommes ont été intégrés au Corps forestier canadien; ils fournissaient du bois pour le front et assuraient des services de soutien essentiels, souvent sous le feu de l’ennemi et dans des conditions de discrimination raciale et de harcèlement. La 2e Compagnie de construction a été parmi les premières à être démobilisées et renvoyées au Canada après la fin de la guerre et la victoire des Alliés en novembre 1918.
  • Le remplacement d’une plaque commémorative est une occasion de réexaminer le texte de la plaque quant à son style et sa justesse et de s’assurer qu’il reflète une interprétation contemporaine de l’importance historique du sujet.
  • Créée en 1919, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada conseille le ministre de l’Environnement et du Changement climatique sur l’importance historique des personnes, des lieux et des événements qui ont façonné l’histoire du Canada.
  • Les désignations peuvent rappeler des moments de grandeur et de triomphe ou nous amener à réfléchir aux moments complexes et difficiles qui ont contribué à définir le Canada d’aujourd’hui. En faisant connaître ces récits à la population canadienne, nous espérons favoriser une meilleure compréhension de l’histoire du Canada et susciter des discussions à ce sujet.
  • La Society for the Protection and Preservation of Black Culture in Nova Scotia (mieux connue sous le nom de Black Cultural Society) a été constituée en organisme sans but lucratif en 1977. Cette société est composée d’un conseil d’administration de 26 membres représentant diverses communautés noires de la Nouvelle-Écosse, dont un représentant de l’African United Baptist Association.
  • Le processus de désignation dans le cadre du Programme national de commémoration historique de Parcs Canada repose en grande partie sur des propositions du public. À ce jour, plus de 2 200 désignations ont été effectuées à l’échelle nationale. Pour soumettre la candidature d’une personne, d’un lieu ou d’un événement historique dans votre collectivité, veuillez consulter le site Web de Parcs Canada pour en connaître davantage : https://www.pc.gc.ca/fr/culture/clmhc-hsmbc/ncp-pcn/application.Source: le lézard

Written by: C2D


Previous post

Actualités

Culture. Stanley Février pointe du doigt l’invisibilisation des artistes des minorités visibles

Stanley Février veut surtout activer la pensée critique pour s’attaquer aux causes profondes de l’exclusion systémique, aux déséquilibres de pouvoir dans les arts et pour corriger les inégalités, tient-il à préciser en entrevue avec Eugénie Lépine-Blondeau. L’exposition ​​Musée d’art actuel / Département des invisibles (MAADI) entend offrir une vitrine à des artistes qui souffrent d’une sous-représentation au sein des institutions culturelles. Cette installation itinérante de l’artiste multidisciplinaire Stanley Février est […]

today05/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%