play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

42e Festival International du Jazz de Montréal. Le Marathon du vendredi

today02/07/2022

Background
share close

Il y avait à la programmation des têtes d’affiche à ne pas manquer. Gregory Porter à la Maison symphonique, Meshell Ndegeocello au Monument national et Marcus Miller au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

La première escale chez le natif de Californie a été l’occasion de confirmer le charisme d’un chanteur qui porte l’immense héritage des Marvin Gaye, Barry White en Co. Belle livraison de Soul and Silk Soul mais sans grande surprises dans l’exécution. Au bout d’une demi-douzaine de chansons dont Holding On, On My Way to HarlemIf Love Is Overrated ou encore Be Good ainsi que Dad Gone Thing livrée en complicité avec le public, cap sur le Monument Naional où Meshell Ndegeocello était très attendue, plus de deux décennies après son dernier passage à Montréal dans le cadre du FIJM.

La transfiguration de Meshell Ndegeocello

Ici, surprise totale et contre-pied parfait. On a pas vu la pimpante Meshell des années 90 et 2000 au feu roulant de groove, guitare basse électrique en bandoulière. La rebelle s’est montrée assagie et a avoué être nerveuse. Des remises en cause personnelles, va-t-elle avouer d’entrée de jeu, assise et en accompagnement de chansons intimistes livrées dans une atmosphère etherée. Changement d’existence, changement de vie même pour plusieurs raisons. Exorcisme d’un certain passé et volonté de ramener les consciences à la bonne fréquence. Méconnaissable mais touchante.

Marcus Miller demeure un maître du show

En fin de périple, je me suis rendu au Théâtre Maisonneuve pour terminer sur une note, que j’espérais, plus groovy. Et je n’ai pas été déçu. Si certains trouvent que le bassiste newyorkais n’est qu’une machine à sons convenus, détrompons-nous. Miller est un très grand musicien et excellent chef d’orchestre. La cadence entre le retour dans le temps et ses plus belles réalisations et l’exécution de chacun de ses musiciens, il y a une mer de découvertes harmoniques et rythmiques subtiles que perçoit même le plus naïf des mélomanes. Marcus Miller est et restera « du lourd » dans la galaxie du Jazz. Pour preuve, la quinzaine de minutes passée sur « Maputo » était un sommet hier soir.

Written by: Léo NSÉKÉ


Previous post

Actualités

42e Festival de Jazz de Montréal. Winton Marsalis sans surprise mais toujours aussi tranchant !

Le projet du Jazz at Lincoln Center Orchestra with Wynton Marsalis tourne depuis quelque temps déjà et offre une approche originale de standards et surtout de pièces originales des membres du collectif. Ce jeudi, au Théâtre Maisonneuve de la Place des arts, il n'a pas déçu. Un collectif plus que rôdé. Un bouillon de swing parfumé au blues et cuisiné par des containers de musiciens à chaque section. Les chansons […]

today01/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%