play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

36e Festival International Nuits d’Afrique de Montréal. Une reprise laborieuse

today27/07/2022

Background
share close

Le retour à une programmation normale n’a pas été particulièrement enlevée pour les organisateurs de l’événement. La sortie de pandémie se faisant de manière progressive, le FINA en a particulièrement souffert. C’était sans compter non plus avec les services canadiens de l’immigration qui ont refusé de délivrer un visa à celle que tout le monde attendait pour clôturer le festival, la superstar nigériane Yémi Aladé.

Qu’à cela ne tienne, une bonne partie des artistes invités ont rempli leur mission avec un certain brio. En extérieur, nous aurons noté la maestria des Ivoiriennes Manou Gallo, virtuose de la basse, et de Dobet Gnahoré, artiste complète dans le bon sens du terme. Se rajoutent à cette shortlist, la fraîcheur des Montréalaises d’origine congolaise, Joyce Nsana et Naxx Bitota.et la créativité rythmique du Malien Emde. Petite déception cependant avec Femi Kuti et son village musical. La faute à une mauvaise balance mais l’énergie y était.

Le mythique Club Balattou, requis pour les shows en salle avec la MTelus, a révélé son lot d’agréments. La Camerounaise Veeby, sanglée d’une magnifique aura dans son registre afrosoul, le bon vieux Paulo Ramos toujours aussi pertinent et en tout début de programmation, les Réunionnais de LINDIGO. Ce furent de belles soirées sympathiques gorgées de chaleur.

Si ce n’était pas une édition de folie, on ne crachera pas sur le plaisir d’avoir communié avec des artistes qui avaient soif de retrouver le public et la scène. Des indiscrétions nous font préviennent qu’il y aura du gros et du chaud show pour 2023.

On a hâte !

Written by: Léo NSÉKÉ


Previous post

Actualités

Immigration. 5000 $ collectés pour lutter contre une décision d’Immigration Canada

Le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) organisait, samedi, une levée de fonds pour financer les frais de justice contre la décision d’Immigration Canada (IRCC) de refuser d’octroyer un permis de travail temporaire à deux femmes qui ont porté plainte pour traite d’êtres humains. Une vingtaine de personnes se sont rassemblées à Québec pour soutenir l'association. «Quand on pense à de la traite d’êtres humains, on pense à des […]

today27/07/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%