play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Opinions

L’abolition de l’esclavage : le plus beau des combats. L’opinion d’ Ousmanou Magadji

today17/10/2022

Background
share close
La guerre de sécession fut plus coûteuses en vie humaines que la deuxième guerre mondiale pour les États-Unis. Les états abolitionnistes gagneront cette guerre et l’esclavage sera aboli progressivement aux États-Unis d’Amérique dans tous ses états. Que devons nous penser de ces centaines de milliers de Blancs qui ont perdu leur vie pour des Noirs, pour dignité humaines et liberté ?
Abraham Lincoln, un Blanc, était le président des Etats-Unis à l’époque et ce sont des Blancs qui ont acceptés de combattre à ses côtés des Blancs au nom de la cause des Noirs, pour les libérer des chaînes de l’esclavage et tuant leur frères Blancs. Qu’y a-t-il de plus humain qu’un blanc meurt pour un noir ? Ou cela ne devrait porter à conséquence puisque ce sont leurs frères qui pratiquaient l’esclavage ? Ne pouvaient-ils pas continuer à pratiquer l’esclavage des siècles encore s’ils le voulaient ? L’homme avait évolué en humanité et il fallait que cela cesse à tous les prix, jusqu’au sacrifices humains des Blancs eux-mêmes. Cela ne pouvait être autrement. De cruautés en cruautés, d’instinct, l’homme apprend, s’affinent et s’affranchit de ses bestialités envers lui-même. L’esclavage étant la pire de toutes, il fallait l’arrêter aux prix de n’importe quel sacrifice humain, puisque l’homme en sortirait aussi grandi qu’il ne ne l’a jamais été auparavant.
En France, le plus célèbre des abolitionnistes fut Victor Schoelcher. Il consacra toute sa vie à la lutte contre l’esclavage et à son abolition.
En Angleterre, le 23 juillet 1833, avec le soutien du premier ministre Whig Charles Grey, Thomas Buxton soumet au vote de la chambre des communes une loi d’émancipation qui abolit l’esclavage dans toutes les colonies britanniques en prévoyant des indemnités pour les planteurs Noirs.
Des luttes contre l’esclavage, il y en eu avant que qu’il ne soit aboli totalement. Des Américains se sont tués, des Français ont se battus jusqu’à la morts pour interdire l’esclavage, des guerres civiles ont éclatés dans des états, des hommes Blancs sont morts pour la cause Noire, ont lutté contre l’esclavage et la colonisation. Nous les Noirs devons-nous minimiser ces sacrifices suprêmes des Blancs en proie à leur conscience humaine ?
bien entendu il y a des <noirs qui se sont élevés aussi, mais reconnaissons que leur rébellion pendant quatre siècles n’ont pas pu mettre fin à l’esclavage et plus part à la décolonisation soutenue par les Américains.
Loin de moi l’idée de défendre les Blancs qui ont commis des actes inhumains contre les Noirs, cet instant d’égarement de la plus haute inhumanité. Ce qui est fait est fait. soit on décide de triompher de nos blessures qui guérirons en avançant, soit on passe le temps à remuer en vain ces blessures du passé.
Ce qui importe à présent, je m’adresse surtout ceux-là dont le discours et l’élévation intellectuelle excellent dans l’art de remuer les blessures du passé et à dire que les Blancs n’aiment les Noirs alors que des Blancs sont morts en combattant l’esclavage et la colonisation : nous aussi les Noirs nous avons nos démons, parfois pires ces Blancs. Le combat avec le Blanc est utopie des prétentieux dépourvus du sens de priorité pour le Noir et l’Africain. Aucune guerre de race ne nous oppose aux Blancs.
Ce n’est parce qu’un Africain soutient que les Blancs ne nous aiment pas qu’il nous aiment lui et a des solutions à nos problèmes. Tout ce qu’ils nous vendent depuis toujours c’est leur puérile et inutile aversion des Blancs et la culpabilité systématique. Rien d’autre.
Chers Africains, combattons nos démons avant de penser aux démons Blancs. Notre démon c’est notre déni de ce démon.
Ousmanou Magadji

Written by: C2D


Previous post

À la Une

41e assemblée session de l’OACI : le ministre des transports porte la voix du Cameroun au Canada

Jean Ernest Massena Ngallé Bibéhè a au cours de cette rencontre avec le Président du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), du Secrétaire général, des ministres et des chefs de délégation des pays membres de cette prestigieuse organisation fait une déclaration au nom du gouvernement de la République du Cameroun. C’était le 1er octobre dernier. « Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Secrétaire général, Mesdames et Messieurs […]

today16/10/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%