play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Afro-agenda

Des voix d’Afrique pour réchauffer les cœurs

today13/12/2023

Background
share close

Des membres de la communauté africaine de Trois-Rivières se réunissent tous les vendredis soir pour chanter, partager et se ressourcer. Une fois par mois, ce groupe qui se nomme le chœur Notre-Dame d’Afrique participe à la messe du dimanche à l’église Saint-Laurent de Trois-Rivières au plaisir des fidèles.

La chorale religieuse interprète des pièces en français et en différentes langues africaines. « On travaille fort, fort, parce que ce n’est pas évident avec les enfants aussi ». Ça nous fait répéter plusieurs fois. Mais on prend du plaisir aussi. On crée des liens. On est une famille, on a plusieurs pays qui sont là. « On a des événements qui sont organisés, ça nous permet de se retrouver, de partager au niveau de la culture, de la nourriture, on partage plusieurs choses ensemble » témoigne la choriste Vicky Momdjo.

Pour Hugues Tsafack, bassiste, baryton et vice-président de la chorale, le chœur a d’abord été créé pour les étudiants. Le temps ayant passé, certains de ces étudiants, tout comme lui, se sont installés à Trois-Rivières, y ont créé leur famille et ensemble, passent des moments incroyables. La chorale aujourd’hui, elle est devenue pour eux quelque chose de très fort.

En fin de semaine, ils doivent se retrouver. C’est comme un lieu où l’on vient se ressourcer pour repartir pour une nouvelle semaine. Il explique qu’à chaque rencontre, les choristes peuvent se raconter et partager leurs joies ou leurs peines. S’il y a un des membres qui est absent, ils prennent des nouvelles et vont déléguer quelques personnes pour aller rendre visite.

« L’engagement est important ». Pour chaque messe où la chorale se produit, il lui faut huit heures de préparation. « Nos chants sont vraiment peaufinés puis on va les répéter tant que ce n’est pas au goût du maestro », explique Anne Carbonneau, qui est d’ailleurs la seule à la peau blanche de la chorale ; de plus Le maître de chœur souhaite d’ailleurs que d’autres personnes comme Anne Carbonneau se joignent à la chorale, pour une expérience plus belle.

Written by: Danielle Adjagboni

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *