play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Esclavage : des excuses officielles réclamées à Ottawa.

today14/02/2024

Background
share close

L’esclavage a été une réalité dans de nombreux pays, y compris au Canada. Bien que l’esclavage n’ait pas été aussi répandu ou institutionnalisé qu’aux États-Unis ou dans certains autres pays, il a existé dans certaines régions du Canada, notamment en Nouvelle-France et dans les colonies britanniques en Amérique du Nord.

Comme le mentionne Elise Harding-Davis, l’esclavage a joué un rôle dans la construction du Canada et a contribué à l’économie et au développement du pays. Les personnes noires et autochtones réduites en esclavage ont été privées de leurs droits fondamentaux, de leur liberté et ont subi de nombreuses injustices et souffrances.

L’idée d’excuses officielles pour l’esclavage est une question complexe et délicate. Certains pays, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont présenté des excuses officielles pour leur implication dans l’esclavage. Ces excuses ont été faites dans le but de reconnaître les torts passés, de promouvoir la réconciliation et de prendre des mesures pour lutter contre le racisme et les inégalités persistantes.

Le député Masse soutient la demande d’excuses officielles et affirme que cela marquerait la clôture officielle de ce chapitre sombre de l’histoire canadienne. Il souligne également que l’histoire du chemin de fer clandestin, qui a aidé les Afro-Américains à échapper à l’esclavage en gagnant leur liberté au Canada, est plus connue que l’esclavage des Canadiens noirs.

L’historienne et auteure Elise Harding-Davis, qui a lancé la pétition, est optimiste quant à la possibilité d’obtenir des excuses officielles du gouvernement fédéral. Selon elle, les excuses sont importantes car elles reconnaîtraient une vie entière de travail et permettraient de commencer à tourner la page sur cette période sombre de l’histoire du Canada.

La pétition compte déjà plus de 500 signatures et sera déposée à la Chambre des communes par le député Brian Masse plus tard ce mois-ci. Mme Harding-Davis espère avoir l’occasion de se rendre à Ottawa lorsque la pétition sera présentée.

Il convient de souligner que le 1er août 1834 marque l’entrée en vigueur de la Loi sur l’abolition de l’esclavage au Canada. Bien que l’esclavage au Canada remonte avant la Confédération, Mme Harding-Davis affirme que le Canada en a encore profité.

Written by: C2D

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *