play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Le Service de police de Toronto doit en faire plus pour éliminer le racisme systémique en son sein, selon Unifor

today16/06/2022 4

Background
share close
La diffusion par le Service de police de Toronto de données fondées sur la race qui indiquent que les personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC) ont été ciblées de façon disproportionnée par les policiers n’était qu’un premier pas, selon Unifor.

Dans le rapport publié le mercredi 15 juin 2022, il a été révélé que les résidents noirs sont plus de deux fois plus susceptibles de faire l’objet d’une « mesure d’application de la loi » par rapport aux personnes blanches et qu’ils sont 230 % plus à risque qu’un policier pointe son pistolet sur eux alors qu’ils semblent être désarmés.

Le rapport constate également que les personnes de couleur représentent de 20 à 60 % des gens victimes de violence lors de leurs interactions avec la police.

« Il s’agit de données concluantes, et elles constituent une première étape importante pour surveiller, et peut-être éliminer, le racisme au sein des corps policiers, a déclaré la secrétaire-trésorière de la section nationale d’Unifor, Lana Payne. Les données figurant dans ce rapport montrent ce que les communautés de PANDC ont toujours su. Elles ont besoin de recevoir des excuses et de voir qu’il y a une responsabilisation. »

En 2020, le Conseil exécutif de la section nationale d’Unifor a réitéré ces valeurs dans une déclaration, insistant notamment sur « la réaffectation des ressources publiques provenant des systèmes qui criminalisent les gens et un investissement accru dans des programmes communautaires et des services publics », la démilitarisation des corps policiers et la décriminalisation de la santé et de la santé mentale.

Le rapport présenté mercredi a analysé plus de 86 500 interactions entre le Service de police de Toronto et des membres du public en 2020. Dans certains cas, les arrestations ou les émissions d’une contravention pour infraction provinciale visaient injustement les personnes de couleur et le niveau de force utilisé avait tendance à être plus agressif.

Les données montrent également qu’il y a une surreprésentation pour d’autres communautés. Les personnes autochtones étaient plus susceptibles d’être soumises à une fouille à nu, et le rapport indiquait que les membres des communautés hispaniques, du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est étaient plus souvent victimes de force exercée contre eux par la police.

Ce rapport découle d’une loi de 2017 qui exigeait que plusieurs secteurs publics de l’Ontario commencent à recueillir des données relatives à la race. Deux ans plus tard, à l’automne 2019, la Commission des services de police de Toronto a approuvé une politique relative aux données fondées sur la race dont l’objectif était de commencer par examiner le recours à la force, puis de s’étendre à d’autres processus policiers, comme les fouilles, les interpellations, les interrogatoires et le fait de porter des accusations.

Au cours d’une conférence de presse, le chef de police James Ramer a présenté ses excuses aux communautés noires, autochtones et de couleur, affirmant que l’organisation n’en avait pas assez fait.

Les données ne seront pas utilisées pour pointer des agents en particulier ou sanctionner leur code de conduite, mais serviront plutôt à examiner les tendances globales, selon le Service de police.

« Le racisme systémique doit être éradiqué, a déclaré la directrice du Service des droits de la personne d’Unifor, Christine Maclin. Toutes les institutions doivent faire en sorte qu’elles travaillent sans relâche à éliminer les politiques, les pratiques et les comportements racistes. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada et représente 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat défend tous les travailleurs et leurs droits, lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger et cherche à engendrer un changement progressiste en vue d’un avenir meilleur.

Source : Le Syndicat Unifor.

Written by: La Rédaction

Rate it

Previous post

À la Une

Usage disproportionné de la force envers les Noirs. Le chef de police de Toronto présente ses excuses.

James Ramer a admis mercredi en conférence de presse que le Service de police de Toronto devait en faire plus « pour garantir que chaque personne dans notre ville reçoive des services de police équitables et impartiaux. Pour cela, en tant que chef de la police, et au nom du service, je suis désolé et je m’excuse sans réserve. » Le chef de la police de Toronto, James Ramer. Photo […]

today16/06/2022 4

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%