play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

Actualités

Racisme et discriminations systémiques. La Ville de Montréal interpelée pour plus d’action

today13/06/2022

Background
share close
Le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal déplore l’inaction de la Ville de Montréal au regard de plusieurs dossiers reliés au racisme systémique et à différentes formes de discrimination.

Le 29 mars dernier, l’administration Plante avait profité d’une assemblée publique de la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise et de la Commission de la sécurité publique pour dévoiler ses 12 engagements pour 2022 afin de favoriser l’inclusion sociale.

Le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal se réjouissait de ces engagements. Cependant, la Ville de Montréal n’a mis en application aucune de ces actions, lesquelles auraient permis de corriger un grand nombre d’injustices passées et actuelles. En effet, plusieurs décisions de gestion basées sur des stéréotypes entraînent des traitements qui creusent un fossé entre les travailleuses et les travailleurs.

Racisme systémique

On se souviendra qu’en mai 2021, deux rapports commandés à la suite de plaintes de plusieurs cols bleus racisés de Montréal-Nord avaient clairement établi que les modes de gestion en place depuis des décennies avaient mené à du racisme systémique et créé des injustices que nombreux subissent encore aujourd’hui.

De plus, les représentant(e)s syndicaux ont pu constater que certaines mauvaises pratiques de l’arrondissement de Montréal-Nord soulevées également dans ceux-ci se reproduisaient dans l’ensemble des milieux de travail de la Ville de Montréal.

L’employeur, pour sa part, au lieu de chercher un règlement et une correction des situations, persiste à maintenir une discrimination systémique envers ses employé(e)s. En privilégiant le processus d’arbitrage, ce qui occasionne des coûts faramineux pour les citoyens et citoyennes, la Ville démontre clairement son manque de sensibilité et sa reconnaissance des faits n’était donc qu’un écran de fumée. À ce jour, aucune action concrète n’est appliquée sur le terrain.

Âgisme, handicap, santé mentale

La partie syndicale dénonce également les autres formes insidieuses de discrimination qui briment notamment les cols bleus plus âgés ou ayant un handicap. Par exemple, certains n’ont aucune possibilité d’obtenir des prestations d’assurance invalidité, alors que ceci est inscrit dans la convention collective. En conséquence, ces salarié(e)s se voient souvent pousser vers la retraite.

De plus, l’ensemble des dossiers en matière de santé mentale n’est pas traité avec toute la sensibilité que ce type de dossiers requiert.

« Des gens se retrouvent congédiés administrativement alors qu’ils sont en état de détresse. Aucun mécanisme n’est mis en place pour prévenir et permettre un accommodement organisationnel pour leur venir en aide. Pourtant, c’est une responsabilité citoyenne de protéger les plus faibles », a souligné M. Bisson.

Traitement aléatoire

Le syndicat mentionne également la situation discriminatoire dans laquelle se trouvent ses membres qui travaillent à l’usine de filtration de Dorval en raison du refus de la Ville de leur accorder les mêmes avantages sur le plan du régime de retraite que ce à quoi les autres salarié(e)s de la Ville ont droit. Depuis plus de huit ans, ces travailleuses et travailleurs espèrent un règlement qui leur permettra d’accéder à une retraite décente.

« Il existe des solutions pour toutes ces situations. Tout ce que nous demandons à la Ville, c’est de régler l’ensemble des problèmes de racisme et de discrimination qui minent le climat de travail et le bien-être de trop nombreux cols bleus », de conclure le président du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal.

Comptant plus de 125 000 membres au Québec, le SCFP représente environ 70 % de l’ensemble des employés municipaux au Québec, soit plus de 35 000 membres. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants : les affaires sociales, les communications, l’éducation, les universités, l’énergie, les sociétés d’État et organismes publics, les transports aérien et terrestre, le secteur mixte ainsi que le transport maritime. Il est le plus grand syndicat affilié à la FTQ.

Source : Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Written by: La Rédaction

Rate it

Previous post

Actualités

Création d’un projet pilote de centre d’intégration d’immigrant.e.s à Longueuil

Les ministres Jean Boulet et Simon Jolin Barette annoncent ce lundi une entente de 298 000 $ pour la création d'un projet pilote de centre d'intégration des personnes immigrantes à Longueuil. Ce projet pilote vise à offrir des services de proximité et d'intégration sur le territoire de l'agglomération de Longueuil aux personnes immigrantes et aux organisations disposées à leur offrir un emploi. Ce projet voit le jour grâce à une entente […]

today13/06/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%