play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    TROC RADIO L’accent afro-canadien

À la Une

Sports. Deux officiels afro-descendants écrivent l’histoire de la LNH

today17/04/2022

Background
share close
Pour la première fois de l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH), deux officiels afro-descendants ont travaillé dans un match. L’arbitre Jordan Samuels-Thomas et le juge de ligne Shandor Alphonso ont brisé une nouvelle barrière, jeudi soir, quand les Blackhawks de Chicago ont défait les Sharks de San Jose au United Center.

Pour Samuels-Thomas, un Américain autrefois repêché par les Thrashers d’Atlanta, il s’agissait même d’un premier duel dans le circuit Bettman. Il est d’ailleurs le premier Afro-Américain à porter le maillot noir, blanc et orange réservé aux arbitres depuis Jay Sharrers, en avril 2004.

Celui-ci prenait aussi part au duel Blackhawks-Sharks, en tant qu’arbitre au banc. Le 6 octobre 1990, Sharrers était devenu le premier Noir à officier sur la glace, lorsque les Nordiques de Québec se mesuraient aux Bruins de Boston.

«C’est un moment excitant de l’histoire de la LNH. Ça montre à quel point le jeu a changé, quand on constate le nombre de joueurs noirs et de hockeyeurs ayant un bagage ethnique différent qui sont dans la ligue», a expliqué Sharrers avec fierté, ses propos étant repris par le site web du circuit Bettman.

«C’était très amusant. En grandissant, tout ce que tu veux, c’est d’être dans la LNH. J’ai 31 ans et ç’a été le travail d’une vie, a raconté Samuels-Thomas après le duel de jeudi soir. Ma famille, mes amis et tous ceux qui m’ont soutenu pendant mon parcours étaient dans les gradins. C’était spécial de partager ce moment avec eux.»

Après un parcours universitaire exemplaire, l’ancien ailier gauche a évolué dans les rangs mineurs en Amérique du Nord, mais aussi en Europe. Il a été repéré en 2020 par l’ancien arbitre Mike Leggo, qui lui a fait grimper les échelons dans l’USHL, la LNAH et la Ligue américaine.

Un numéro qui en dit long

Samuels-Thomas est fier de ses racines. Le natif du Connecticut a rendu un nouvel hommage au grand Jackie Robinson, qui a ouvert les portes du baseball majeur aux joueurs noirs, en arborant son célèbre numéro 42 à Chicago; vendredi, c’était d’ailleurs la journée annuelle commémorant Robinson dans les ligues majeures.

«Quand je jouais, je portais le numéro 42 pour une raison, et avec l’opportunité de le porter [à nouveau], c’était facile. De pouvoir utiliser le numéro de Jackie est toujours spécial, et j’ai pu le faire comme joueur et maintenant comme officiel. Je souhaiterais garder ce numéro pour toujours», a expliqué le colosse de 6 pi et 4 po.

Alphonso, le juge de ligne qui l’accompagnait pour ses débuts, est un conseiller important pour Samuels-Thomas depuis qu’il a décidé de troquer le bâton pour le sifflet. Il était très fier du travail de son protégé après ce match qui s’est soldé par une victoire en prolongation des Hawks.

«Il a fait de l’excellent boulot. Superviser comme arbitre, je crois qu’il l’a haut la main, a mentionné Alphonso. Il a pris ce qui lui était offert et je crois qu’il a fait du bon travail et qu’il a gardé son calme pendant tout le match.»

Avc l’Agence QMI

Written by: La Rédaction

Rate it

Previous post

À la Une

Musique. La Martiniquaise Adeline Michèle programmée au Festival international de Jazz de Montréal

Sous haute surveillance des bonzes du showbiz depuis quelques années, la bassiste Martiniquaise Adeline Michèle, désormais Newyorkaise d'adoption, n'est plus une curiosité.  Si d'autres usent de gâchettes pour la poudre, elle dispose d'un doigté qui fait parler le groove. Adeline sera au Festival International de Jazz de Montréal le 2 juillet prochain. https://www.youtube.com/watch?v=nd83Y4brw_w

today14/04/2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%